Hors catégorie

Vous consultez actuellement les archives pour le thème Hors catégorie.

30 mars 2005, dans l’Amphi Rodin, École nationale supérieure des arts décoratifs, 31 rue d’Ulm 75005 Paris, la conférence Ari/Ciren associée au DEA de Paris 8 « Arts des images et art contemporain » propose un «Retour sur l’exposition Les Immatériaux», en deux sessions de communications, présentées par Manuela de Barros http://www.arpla.fr/canal20/adnm/?p=3701
La première session, 15h-17h30 s’intitule « L’image des ‘Immatériaux’ ». 
Jean-Louis Boissier y intervient à propos du Bus, 1984-1985, installation constitutive de l’un des sites réunis sous le concept «matière» —«matière : l’objet sur lequel le message donne de l’information; ce que le logicien et le linguiste appellent le référent du message, comme dans «table des matières» (extrait de la fiche du catalogue «matière»)—, de l’exposition Les Immatériaux


Jean-Louis Boissier : à propos du Bus, 1984-1985



La fiche recto verso du catalogue des Immatériaux titrée «visites simulées», cartel du Bus ou l’exercice de la découverte.

Le Bus, 1985, descriptif et analyse http://jlggb.net/jlb/?page_id=94
Le Bus, dans l’exposition Artifices 1 http://www.ciren.org/artifice/artifices_1/boissier.html

30 mars 2005, dans l’Amphi Rodin, École nationale supérieure des arts décoratifs, 31 rue d’Ulm 75005 Paris, la conférence Ari/Ciren associée au DEA de Paris 8 « Arts des images et art contemporain » proposait un «Retour sur l’exposition Les Immatériaux», en deux sessions de communications, présentées par Manuela de Barros http://www.arpla.fr/canal20/adnm/?p=3701
La première session, 15h-17h30 s’intitulait « L’image des ‘Immatériaux' ». 
Après un descriptif global de l’exposition par Manuela de Barros, et les interventions de Philippe Délis, scénographe de l’exposition, de Liliane Terrier et de Jean-Louis Boissier, Marie-Hélène Tramus revenait sur sa participation à l’exposition


Marie-Hélène Tramus revient sur le site de l’exposition Les Immatériaux nommé «arôme simulé» appartenant à l’ensemble de sites regroupé sous le concept «Matière : l’objet sur lequel le message donne de l’information; ce que le logicien et le linguiste appellent le référent du message, comme dans «table des matières» (extrait de la fiche du catalogue «matière»). L’image en 3D de la corbeille de fruits projetée durant la communication est reproduite sur la fiche ci-dessous. Elle est extraite du film en 3D, Gastronomica, réalisé en partenariat avec le département Arts et technologies de l’image dont Marie-Hélène était partie prenante. Cette image projetée servait de toile de fond au site.



La fiche recto verso « arôme simulé » du catalogue de l’exposition les Immatériaux

30 mars 2005, dans l’Amphi Rodin, École nationale supérieure des arts décoratifs, 31 rue d’Ulm 75005 Paris, la conférence Ari/Ciren associée au DEA de Paris 8 « Arts des images et art contemporain » proposait un «Retour sur l’exposition Les Immatériaux», en deux sessions de communications, présentées par Manuela de Barros http://www.arpla.fr/canal20/adnm/?p=3701.

18h30-21h : la deuxième session intitulée «L’écriture des Immatériaux» invite deux des participants directs de l’expérience d’écriture électronique collective menée dans le temps des Immatériaux : Christine Buci-Glucksmann, Jean-Pierre Balpe, questionnés par Paul Devautour.
Dans un premier temps Christine Buci-Glucksmann puis Jean-Pierre Balpe parlent de leur participation à ce travail d’écriture collective puis Paul Devautour, au travers de sa lecture personnelle du catalogue Épreuves d’écriture —l’autre catalogue des Immatériaux, qui rassemble les textes issus de cette expérience— livre son propre point de vue sur celle-ci, et une conversation à trois s’ensuivra.

Épreuves d’écriture
est « le volume qui retranscrit la tentative de 26 auteurs de se confronter à une expérience d’écriture électronique collective. A partir de 50 mots, pour lesquels on leur demande des définitions et qui sont mises en réseau, s’engage une réflexion écrite à plusieurs voix, selon un protocole précis : les textes sont envoyés à une mémoire centrale; les auteurs sont invités à enchaîner à la suite des textes des autres; il n’y a donc pas de destinataires précis (pas de communication « privilégiée », entre auteurs : tout s’adresse à tous); pas un auteur à proprement parler et pas vraiment un livre collectif car il n’a pas de destinataire (« ce qui a prodigieusement inquiété les auteurs »,Lyotard); diversité d’écriture, de style; « trouble » sur la notion d’auteur pour l’auteur lui-même. Cette expérience (ré)activait un certain nombre de questions sur les modifications internes de l’écriture, du langage et de la communication.Sous le titre Épreuves d’écriture », ce volume retranscrit la tentative de 26 auteurs de se confronter à une expérience d’écriture électronique collective.» Extrait du texte préambule de Manuella de barros.


Christine Buci-Glucksmann, participante de l’expérience d’écriture collective des Immatériaux.


Jean-Pierre Balpe revient sur sa participation à l’expérience d’écriture collective des Immatériaux.


Paul Devautour. Son propre point de vue sur cette expérience d’écriture collective, à travers la lecture de son catalogue Épreuves d’écriture.


Débat final de la session entre Paul Devautour, Christine Buci-Glucksmann et Jean-Pierre Balpe. Questions de la salle.



Fiche recto verso d’Épreuves d’écriture figurant dans le catalogue des Immatériaux

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :