oeuvre

You are currently browsing the archive for the oeuvre category.

Introduction :

Mon Geek Art est un GIF où l’on peut voir des personnages de différents univers passer d’un visage « inoffensif » à un visage « violent ». Pour mon Geek Art, j’avais envie de rendre hommage à des personnages de mangas, d’animes, de jeux vidéos. J’ai choisi de rendre hommage à plusieurs personnages selon une caractéristiques qu’ils ont en commun : ces personnages cachent/renferment une partie d’eux. Peu importe les raisons, ils paraissent doux/inoffensifs mais cachent en réalité une grande violence ou rage. J’ai voulu, on peut dire, rendre hommage à ce « trait de caractère » car, selon moi, il peut permettre de donner de la profondeur à un personnage. Leur rage peut cacher de nombreuses choses : de la tristesse, des regrets, de la simple violence… Je peux m’identifier à plusieurs de ces personnages et c’est donc cela qui m’a poussé à faire ce Geek Art.

 

Conception du Geek Art :

Je vais ici parler des idées que j’ai eu pour la conception de mon Geek Art, les choix que j’ai effectué, etc… Pour commencer, j’avais l’intention de présenter plusieurs personnages, j’ai choisi le nombre de 25 afin de pouvoir réaliser un carré de 5*5 personnages, et ainsi présenter un assez grand nombres de persos. Après avoir choisi les personnages (selon le critère « paraît inoffensif mais ne l’est pas ») une première fois, je me suis rendu compte qu’il y avait une presque-parité au niveau des sexes de ceux-ci. Les femmes/filles étaient légèrement moins présentes. Mais j’ai donc remplacé quelques personnages masculins par des personnages féminins afin d’obtenir une parité (12 filles/femmes ; 12 garçons/hommes ; 1 personnage sans sexe). Grâce à cette parité j’ai donc pu définir une structure pour les 2 images de base de mon Geek Art qui se présentent donc de la façon suivante :

Puis j’ai ensuite remarqué qu’il y avait deux paires de personnages qui avaient les caractéristiques suivantes : personnages de même univers + de même sexe. J’ai donc encore décidé de placer ces personnages de même sexe et univers symétriquement l’un à l’autre par rapport à la case du centre. J’obtiens donc la forme finale suivante (après avoir choisi où placer ces paires) :

Voici donc pour ce qui est des idées de structure des deux images qui sont la base de mon GIF : l’image « phase inoffensive » et l’image « phase violente ».

Une fois cela fait, j’ai donc du chercher deux images pour chaque personnages : une où il/elle parait inoffensif/ve, sympathique et une autre où il/elle parait violent/e. Pour cela j’ai donc cherché des images sur Internet, mais aussi scanné des pages de mangas. C’est après avoir choisi les images que je me suis rendu compte que celles issues de jeux vidéos ou d’animes (donc en couleur) ressortaient plus que celles issues de mangas (en noir et blanc). J’ai donc choisi de mettre toutes les images en niveaux de gris afin de mettre toutes les images au même plan. Pour ce qui est de la transition de la phase 1 (« gentille ») à la phase 2 (« violente ») j’ai choisi d’utiliser l’effet « négatif ». L’effet « négatif » change les couleurs en leur « négatif », soient leur couleur opposé. L’effet « négatif » fait donc également écho au fait que les personnages montre, dans la phase 1, l’inverse de ceux qu’ils sont réellement ou d’une partie de leur personnalité, soit ce qu’on voit dans la phase 2. Ainsi j’interprète la phase 1 de la façon suivante : au fur et à mesure que l’effet négatif apparaît de plus en plus fréquemment, les personnages ont de plus en plus de mal à cacher leur côté violent, jusqu’à arriver à la phase 2. Et pour la phase 2, j’ai décidé de faire clignoter en noir et blanc le fond des cases afin de donner une impression de violence, d’agressivité. Voila donc pour les idées liés à la conception du Geek Art.

 

Réalisation du Geek Art :

Je vais dans cette partie-ci raconter quelques détails liés à la réalisation du Geek Art. Après avoir choisi les différentes images qui composeront le Geek Art j’ai dû uniformiser les fonds de celles-ci, c’est-à-dire rendre les fonds de toutes les images blanc. J’ai également rencontré quelques problèmes avec quelques images issues de manga car parfois les cases coupent la tête des personnages. J’ai donc dû, pour quelques personnages, dessiner le reste des éléments coupés via Photoshop. J’ai également eu à le faire pour les images d’animes où les têtes étaient coupées, je devais donc prolonger l’image tout en faisant attention à ne pas la « dénaturer » (respecter les couleurs, la continuité des formes, etc…). J’ai également pour certain personnage modifier quelques traits du visage (notamment la bouche) afin d’accentuer le côté sympathique pour la phase 1 et le côté violent pour la phase 2, sans cependant dénaturer l’image où changer totalement la mentalité des personnages.

Exemple d’image « rognée » par les cases

 

Voila, l’explication de ce Geek Art est fini, j’espère qu’elle vous aura permis de mieux comprendre mieux le comprendre et de mieux comprendre mes intentions, en espérant qu’il vous ai plu.

Lien vers le Geek Art : http://www.arpla.fr/canal23/?p=4159

Geek Art – GIF « Double personnalité »

(Attention risque d’épilepsie et de spoilers (enfin je crois)) – Maxence Dupin

Voici, mon Geek Art. Il s’agit d’un GIF présentant un peu plus d’une vingtaine de personnages issus des univers du jeu vidéo, du manga, et de l’animation. Ces personnages ont tous un point commun. Ils paraissent de prime abord inoffensif et/ou sympathique, mais ils cachent en réalité leur vraie nature, ou une partie de celle-ci. Ils ont en eux une grande rage, agressivité ou bien encore un désir de nuire aux autres.

 

Ce GIF présente donc ces personnages d’abord avec un air souriant, puis petit à petit l’image s’assombrit pour qu’enfin surgisse ces mêmes personnages réapparaissent de nouveau mais abordant maintenant un visage menaçant.

 

 

Vikings

Vikings est une série télévisée irlando-canadienne créée par Michael Hirst et diffusé depuis 2013 sur la chaîne History Channel aux États Unis et sur canal+ en France.

Synopsis

Le début de l’histoire se déroule en Scandinavie où Ragnar Lothbrok, fermier et guerrier Vikings, n’a qu’un seul objectif en tête : prendre la mer et partir à la découverte de nouvelles terres à l’Ouest. Cependant le seigneur local, Earl HaraIdson, lui interdit de se lancer dans ce projet fou. Ragnar va donc faire construire secrètement un drakkar par son ami Floki et partir en expédition clandestinement…

 

Ce que j’apprécie particulièrement dans cette série c’est qu’elle s’inspire de faits réels . La série n’est pas d’une véracité historique à toutes épreuves, mais le  héros Viking Ragnar Lothbrok a bel et bien existé. Il est le Vikings à l’origine de l’attaque sur Paris en 845. C’est également le premier Vikings à avoir naviguer sur les côtes anglaises et française. C’est à travers ce personnage charismatique que Michael Hirst nous fait découvrir toute la culture vikings, mais également leur évolution technologique, stratégique et religieuse.

Ce dernier aspect est très présent  car on suit tout au long de la série un Ragnar tourmenté dans sa religion. En effet il va se lier d’amitié avec un moine chrétien qui va devenir son ami et lui faire découvrir la religion chrétienne et même le convertir. On assiste également à des rites vikings sanglant comme par exemple « l’aigle de sang », torture qui détermine si la victime est digne d’aller au Valhalla, terre des dieux nordiques.

On retrouve également des combats intense et extrêmement violent avec une dimension stratégique importante ce qui ne les rends que plus intéressants.Enfin, à travers la complexité du système politique des vikings, la série est également une grand lutte pour le pouvoir entre les différents chefs vikings appelés « Earls ».

Production:

La série a été tournée majoritairement en Irlande.

La première saison a nécessité un budget de 40 millions de dollars ce qui a donné lieu à une saison de 9 épisodes de 45 minutes.

La prochaine saison qui est la sixième et dernière de cette palpitante série sera lancée le 4 Décembre 2019 sur la chaîne History et sera composée de 20 épisodes comme les dernières saisons.

 

 

 

 

 

 

Wonder Woman

Wonder Woman est un film qui appartient à l’univers de DC Comics, réalisé par P. Jenkins et sorti en 2017.

Tout d’abord, Wonder Woman (interprété par Gal Gadot dans notre film), est la première super-héroïne célèbre et surement la plus connue aujourd’hui. Elle a été créée par William Moulton Marston et apparue pour la première fois dans « All Star Comics #8 » en décembre 1941. Elle fait partie des trois personnages principaux de l’univers DC (avec Superman et Batman).

Les origines de ce personnage sont tirées de la mythologie Grecque.

La principale caractéristique de Wonder Woman est sa très grande force qui fait d’elle un des super-héros les plus forts de l’univers DC. Cette force lui vient de Demeter, déesse de l’agriculture et de la fertilité. Elle a aussi le pouvoir de super-vitesse et la capacité de voler, qui lui viennent du dieu Hermès. Elle n’est pas invulnérable mais a une très grande résistance. Diana est dotée d’une grande sagesse, d’habileté intellectuelle et de capacités militaires. Ces atouts lui viennent d’Athena, déesse de la guerre et de la sagesse. Les deux armes principales de Wonder Woman sont ses bracelets et son lasso (ses bracelets sont en or et indestructibles d’où l’image la plus populaire d’elle la montrant en train de repousser des balles de fusil avec ces bracelets) et son lasso porte le nom de Lasso de la vérité.

 

 

 

 

 

Ensuite, je vais vous résumer de peu ce film si magique.

Diana est une héroïne exceptionnelle de l’univers DC Comics : en plus d’être princesse des Amazones, c’est une combattante invincible. Elle vivait avec son peuple sur une île paradisiaque, isolé de la civilisation humaine et donc également à l’abris de l’horreur de la guerre, lorsque qu’un pilote américain passe la frontière et atterri dans ce monde fantastique.

Celui-ci était suivi par des navires allemands qui après leur découverte, attaquent le royaume.

Suite à cette bataille et aux récits du pilote, Diana est envoyée sur Terre (le monde des hommes) comme Ambassadrice des Amazones, avec pour mission de propager les idéaux de paix et d’harmonie de son peuple.

Elle va voyager et découvrir un monde nouveau, les péripéties passeront par l’amour, la guerre (les combats), mais aussi par de l’humour.

En s’alliant aux hommes pour la première fois dans un combat à but commun qu’est destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l’étendue de ses pouvoirs ainsi que son véritable destin.

La bande annonce est juste ici : https://www.youtube.com/watch?v=Z1kAzu5j6hY .

Les fleurs du mal – Shuzo Oshimi

Les fleurs du mal, un titre qui vous est surement familier! Ecrit par Baudelaire ce recueil de poèmes a fait le tour du monde et est reconnu pour son spleen et ses sujets limites et tabous. Ce recueil est parvenu a touché l’auteur de ce manga que je vais vous présenter, les fleurs du mal crée en 2019 (de son nom japonais aku no hana). Shuzo Oshimi en reprenant ce titre, montre qu’il l’affectionne particulièrement.

Synopsis:

Ce manga traite du mal-être de l’adolescence, de dépression et de la relation sadomasochiste qu’entretiennent les deux personnages principaux. En effet l’histoire se déroule dans une petite ville de province où Takao un jeune collégien renfermé sur lui-même, fasciné par la littérature en particulier de Baudelaire et de son recueil Les fleurs du mal est amoureux de la jolie et populaire Nanako. Menant une vie d’abord tranquille, tout va changer lorsqu’il va tomber sur les affaires de sport de sa muse en voulant récupérer son livre de chevet et s’enfuir avec sous les yeux discret de la solitaire, violente et étrange Sawa, une camarade de classe.

Débute alors la relation étrange et malaisante entre Takao et Sawa qui fera de lui son jouet en lui donnant des ordres sous sa soumission tout en se donnant pour mission de lui changer sa vision du monde et d’exprimer sa perversité.

Pourquoi c’est un chef d’oeuvre?

Résultat de recherche d'images pour "les fleurs du mal anime"

 

L’histoire, les personnages, les lieux où se déroulent l’histoire, l’inspiration de l’auteur pour tous ces éléments provenant de son expérience ont donné vie à une oeuvre qui parvient avec brio à nous rendre mal à l’aise, heureux, triste et confus en traitant d’un sujet que chacun de nous a traversé et traverse encore: l’adolescence. Le mal-être et la violence (physique et verbale) déversée par Sawa sur Takao et son entourage qui, persuadée qu’en chacun de nous réside un pervers est dans un premier temps difficile à comprendre. Puis on l’accepte et se rend compte que ce déversement leur est libérateur. L’histoire et ses personnages évoluent de manière inattendue pour atteindre une chute marquante chargée en émotions.

Brisant tous les tabous où la déviance n’est plus un vice et être normal est perçu comme de l’hypocrisie, on se demande jusqu’où peuvent aller ces ados qui traversent une période pleines de tourments produisant ainsi le charme de cet oeuvre.

Résultat de recherche d'images pour "aku no hana"

 

Les fleurs du mal a été acclamé au Japon et a reçu son adaptation en animé en 2013 et sera bientôt adapté en film. C’est une recommandation pour toutes personnes traversant ou ayant déjà traversé la période longue et pleines de découverte sur soi et le monde qui nous entoure qu’est l’adolescence.

Ludovic Loubelo

Brazil : Un 1984 moderne.

Brazil :film sur une société plutot que sur un personnage

Brazil est un long métrage sorti en 1985 et réalisé par Terry Gilliam, avec comme acteur Robert de Niro.

Brazil est un film qui parle d’une société où les normes dépassent les humains : On y rencontre Sam Lawry, un employé aux réseaux d’intelligence « Central Services ». Cet homme rêveur se retrouve malgrès lui enemi de l’état lorsqu’une érreure admnistrative, par un effet papillon, l’empêche de retrouver la femme de ses rêves, Jill Layton.

Une société rétrofuturiste oppressante

Jusqu’à là, Brazil semble être un film ordinnaire, mais la raison pour laquelle ce film est unique est qu’il nous transporte dans une société retro-futuriste surréaliste et dystopique.

Terry nous offre un niveau de détail  suppérieur à grand nombre de film, et le côté surréaliste offre une vision nouvelle et osée de notre société ,car si le personnage est un element important de l’histoire, c’est bien l’arrière plan du film qui nous donne des frissons:

Nous avons une image froide, causé par la dominance de la couleur bleu et l’architecture en béton et acier des batiments ainsi que la dominance d’élements industriels dans les objets.

L’immersion dans cette société fictive est d’autant plus important que lorque nous sommes confrontés aux propagandes disséminés partout dans le film et qui ont une pour sourced’inspiration les premières propagandes anti soviétique lors de la guerre froide :ont a une forte référence au « big brother is watching you ».

D’autant plus que la société est centralisé dans la surveillance de ses citoyens :au début du film, on apprend que les services d’intelligence de ce monde fictif représentent environ 6% de son PIB. Sam Lawry lui-même y travaille, on a donc un panorama des activitées entreprenues de la surveillance par caméras des personnes à la torture des énemies de l’état, en passant par la collecte d’informations personnels sur les citoyens.

On retrouve par ailleurs dans le film  des technologies de différentes époques, qui varient des années 50 aux années 80 (écrans cathodiques, système de transmission d’information par pneumatiques, importante paperasse…) qui donnent une dimension unique et surréaliste au film ainsi qu’une attention aux détails poussé à l’extreme. La date et le lieu du film n’est pas donné, l’oeuvre peut parraître daté mais on peut appliquer son histoire à n’importe quelle époque et n’importe quel lieu.

Une dimension onirique intéressante

Les péripeties du film sont déclenché par un élement important du personnage de Sam Lawry :Ses rêves.

Related image

Le rêve de Sam, qui est de vivre une relation amoureuse, est incompatible avec la société dans laquelle il vit. Il s’évade par conséquence dans ses rêves, dans des scènes surréalistes et haut en couleurs, du moins au début du film. Il y incarne un héro délivrant une demoiselle des griffes d’une représentation déformé par son imagination de la société dans laquelle il vit. Il reste cepandant distant du vrais monde, qui le considère ironiquement même dépourvu d’ambitions et de rêves.

On le voit porter une armure dotée d’ailes, une image qui reste iconique au film.

Terry critique dans son film ces hommes qui préfere vivre dans leurs rêves plutot que se battre dans la réalité. le film peut illustrer comment le déni peut laisser s’installer des formes de pouvoir oppressantes, on pourrait faire sur ce film une comparaison à la réaction de l’Europe face à la montée du faschisme, comme dans le roman de Ionequo « Le Rhinocéros ».

Autre sujets abordé par le film

La recherche du saint grâle :La chirurgie ésthetique.

Terry traite dans son film de l’importance du paraître jeune dans la société, la mère du personnage principale porte un intêret important pour son physique et s’est décidé a utiliser la chirurgie. Ce sujet est récurent dans le film et devient même un élement comique lorsquau fur et a mesure son amie qui suivait un traitement chirurgicale voit sa santé se déterioré a cause de celui-ci et finit par mourir.

Image result for brazil 1985 surgery

Ce film qui laissa Celeste marqué

Ce film …Quel film…

Ce film est l’oeuvre qui m’a permit de me rendre compte mon goût pour le surrealisme, maintenant ce n’est pas la première création surrealiste auquel j’ai eue affaire, il y avait auparavant Le Roi et l’Oiseau ainsi que The Wall, mais ce film m’a reveillé, mieux :il m’a fait voire d’un oeil noeuf les oeuvres précédemments cités.

Il m’a de même fait découvrir les possibilitées rétro futuriste, qui s’étaient pour moi limités au Steam Punk. Je m’ammuse maintenant à être une ingénieur d’un monde fictif, et construit avec des technologies d’une époque passées…

Ces dessins réalisés par moi-même sont des exemple de l’inspiration que ce film m’a donné :

~Celeste Casalotti

Tags: , , ,

Fire Force

Fire Force (En en no shouboutai en japonais) est un shōnen manga prépublié depuis septembre 2015 au Japon dans le magazine Weekly Shōnen Magazine de l’éditeur Kōdansha. La version française est éditée par Kana depuis mai 2017. Le manga est écrit et illustré par le mangaka japonais Atsushi Ōkubo, notamment connu pour avoir créé le manga à succès Soul Eater.  Une adaptation en une série télévisée d’animation par le studio David Production est diffusée au Japon depuis juillet 2019.

  • Description et synopsis de Fire Force :

Il s’agit d’un manga de science-fiction, d’aventure et d’action. L’histoire se déroule dans un monde fictif où une mystérieuse épidémie fait rage: la combustion spontanée. La plupart des gens touchés par ce phénomène s’embrasent sans raison et deviennent des torches humaines qui sèment la destruction, rendus fous par la douleur.

Torches humaines « infernaux »

Mais il existe également une autre manifestation de ce phénomène : l’acquisition de pouvoirs pyrokinétiques !

Personnage principal usant de ses pouvoirs

 

 

Pour faire face à ce fléau, le gouvernement met en place une nouvelle formation de pompiers : la Fire Force, dont la mission est de protéger les civils des torches humaines en les éteignant. Ces supers pompiers, majoritairement dotés de pouvoirs, ont également pour objectif de trouver l’origine de la combustion spontanée afin d’y mettre un terme. Nous suivons les aventures de Shinra Kusakabe (présent sur la couverture), surnommé le démon, qui intègre la 8e brigade pour éradiquer le phénomène de combustion humaine et découvrir la vérité sur l’incendie ayant coûté la vie à sa mère et son frère, il y a douze ans.

  • Les points forts de Fire Force :

-Des illustrations marquantes :

L’auteur avait déjà prouvé qu’il savait très bien dessiner dans Soul Eater, et il continue à se donner à fond dans Fire Force. Son style caractéristique et original laissera forcément une empreinte que vous aimiez ou non alors autant y jeter un coup d’œil, ça vaut le coup !

Illustration de gauche tirée de Soul Eater, celle de droite de Fire Force

-Un récit captivant mêlant actions, mystères et humour:

L’histoire racontée par Atsushi Ōkubo vous fera frémir d’excitation avec des scènes d’actions enflammées, en vous faisant passer par le rire avec des situations hilarantes inattendues tout en entretenant un certain suspens ! Vous allez adorer les révélations et vous attacher aux personnages malgré leurs défauts, un vrai régal !

 

-Une bonne adaptation en anime :

Et pour ceux qui sont rebutés à l’idée de lire un manga, l’adaptation en anime est très bonne.

Par conséquent, si vous préférez ce type de format, vous y trouverez votre compte avec de bons dessins et une animation parfois très impressionnante !

Extrait de l’anime de Fire Force

Dragon ball

HISTOIRE

Le manga dragon ball a été écrit en 1984 par akira toriyama. Dans ce manga ou cet animé, on suit l’histoire d’un jeune garçon nommé goku de l’enfance a l’age adulte. On suit ses aventures, ses rencontres avec ses futurs alliés et ses ennemis et ses combats.L’histoire officielle est divisé en 3 animés(Dragon ball, Dragon ball z et Dragon ball super. Le nom de l’anime vient du fait que beaucoup de personnages cherchent des boules spéciales qui permettent d’invoquer un dragon qui peut exaucer des voeux comme par exemple ressusciter une personne. On apprendra dans l’anime que goku et beaucoup d’autres personnages ne viennent pas de la planete terre. La spécialité de cet animé est la transformation( changement de coupe et couleurs de cheveux ou transformation corporelle) et les fusions.

Arcs:

-Entrainement de Goku

-Armée du ruban rouge

-Roi piccolo

-arc saiyans

-arc namek

-arc cell

-arc buu

Division en 3 animés

Comme dit plus haut l’animé Dragon ball est composé de 3 animés en suite logique :

-Dragon ball(Db): On suit les aventures de goku enfant de sa rencontre avec bulma au combat avec le roi démon Piccolo

-Dragon ball(Dbz): Il s’agit de la suite logique de db on l’on peut voir goku, jeune père de gohan ( référence a son grand pere adoptif) et mari de chichi. L’animé dure de l’arc saiyan où goku va apprendre ses vraies origines à l’arc buu.

-Dragon ball super(dbs): La suite logique de dbz va bientot continuer. Dans cet animé, Goku a 2 fils ( le deuxieme depuis l’arc cell de dbz) et il apprend avec la team z ( lui et ses amis guerriers) le fait qu’il y a en tout 12 univers qui ont chacun un dieu de destruction, un ange,et des kaios. Pendant cet animé, ils apprendront, goku et son rival vegeta, de nouvelles transformations toujours plus puissantes au fur et a mesure des combats.

 

Les films:

 

SHINGEKI NO KYOJIN QU’EST CE QUE C’EST ?

Shingeki no KyojinL’Attaque des Titans, souvent abrégée SNK, est un manga, et plus précisément un shonen écrit et dessiné par Hajime Isayama depuis septembre 2009. Il est aussi adapté en animé depuis avril 2013, ce qui a participé à son succès actuel. Il y a pour le moment 3 saisons et la quatrième, qui sera normalement la dernière, est prévue pour automne 2020.

DE QUOI CA PARLE ?

Dans SNK, l’humanité est contrainte de vivre entourée de murs immenses pour se protéger de créatures appelées « Titans ». Ce sont des sortes de géants dénués d’intelligence et qui se nourrissent d’humains. Cependant des titans spéciaux, intelligents et beaucoup plus puissants feront leur apparition, ce qui provoquera un énorme choc pour les humains. On suivra donc la lutte de l’Humanité pour vaincre les titans, mais aussi pour comprendre tous les mystères autour de ces derniers. On suivra principalement le protagoniste : Eren Jäger, qui a une haine absolue envers les titans pour certaines raisons, et qui va donc rejoindre le bataillon d’exploration (le bataillon de l’armée qui sort des murs pour combattre directement les titans) pour les combattre.

RESSENTI PERSONNEL

Cet animé mélange action et mystère avec un scénario extrêmement bien écrit où des choses qui paraissent insignifiantes au début de l’histoire prennent tout leur sens au fur et à mesure de l’intrigue. Il peut même parfois être « gore » ou du moins violent dans la mort de certains personnages. De plus, les openings ainsi que les OST renforcent notre immersion dans cet univers. Enfin l’animation ne présente presque aucun défaut et est d’une très grande qualité, notamment une scène d’une minute qui a demandé environ un mois de travail d’animation à elle seule. C’est donc devenu un de mes animés préférés toutes catégories confondues et j’attends avec impatience la saison 4.

ANECDOTE

De janvier 2013 à octobre 2014, SNK a été le manga le plus vendu au Japon (en ventes mensuelles), derrière One Piece (qui est quasiment depuis sa création le manga le plus vendu). Et c’est encore à l’heure actuelle l’un des mangas les plus vendus au Japon et dans le monde, aux côtés de My Hero Academia, de The Promised Neverland ou de Kingdom par exemple.

Kuroko’s Basket

Kuroko’s Basket, c’est quoi ?

Kuroko’s Basket est un manga (de style shonen) écrit et dessiné par Tadatoshi Fujimaki. En avril 2014, le tirage de la série s’élève à 27 millions d’exemplaires. Un film adaptant la partie Extra Game intitulé Kuroko’s Basket Last Game est sorti le 18 mars 2017.

De quoi ça parle ?

Le collège Teikô est réputé pour avoir la meilleure équipe de Basket composé de 5 joueurs d’exception connus sous le nom de « Génération Miracle ». Parmi cette équipe, il y a un 6ème joueur, tout aussi prodigieux à sa manière, Tetsuya Kuroko, surnommé le joueur fantôme.

A la fin de leur scolarité au collège, tous les membres de cette équipe se dispersent dans différents lycées, ayant chacun comme but de mener leur équipe de Basket du lycée au sommet.

Les 2 protagonistes :

  • Tetsuya Kuroko : Connu sous l’appelation du joueur fantôme, celui-ci est nul pour les dribbles et les tirs. Cependant, il a l’aptitude de se faire oublier durant les matchs pour mieux resurgir aux moments cruciaux de la partie. Sa technique se nomme le « Misdirection ». Il profite de son manque de présence et de son acuité visuelle pour servir de relais entre les joueurs et subtiliser la balle à ses adversaires. Malheuresement, cette technique ne peut pas être utilisé durant l’intégralité d’un match et ne peut pas non plus être utilisée en tenant la balle car celle-ci est le centre d’intention de tous les autres joueurs.

  • Taiga Kagami : Venant des Etats-Unis. Son objectif est de battre la « Génération Miracle » et de devenir le numéro 1 du Japon. Il est très ambitieux et déterminé, il refuse d’abandonner dans les situations difficiles. Il a un esprit très combatif et aime jouer contre des adversaires forts. C’est un joueur grand et très athlétique ayant une technique impressionnante. Son point fort est sa détente exceptionnelle qui lui permet de contrer et dunker à une hauteur impressionnante.

 

Ensemble, ces 2 personnages seront dans la même équipe de Basket au lycée et auront comme but de remporter le tournoi entre les lycées et de battre chaque membre de la « Génération Miracle » qui ont chacun leurs facultés spécifiques.

 

Cet animé nous permet de découvrir le monde du Basket de manière à ceux que même les gens qui n’aiment pas le Basket puisse apprécier cette oeuvre (c’est mon cas). C’est un très bon animé avec des personnages attachants ayant chacun des façons de penser et des caratères différents. Il aborde des thèmes comme l’adversité, les échecs et l’amitié. Je vous le recommande si vous aimez les mangas/animés et que vous ne savez pas quoi regardez (et cela, même si vous ne connaissez ou n’aimez pas le Basket).

« Older entries