32. Didier Fiuza Faustino. Against a Hygienapolis.

32. Didier Fiuza Faustino. Against a Hygienapolis.
(présentation par Anne Zeitz)
Observatoire des nouveaux médias
Ensad 31 rue d’Ulm 75005 Paris

Mercredi 14 avril 2010, 18h 30, Amphi Rodin

«Il est une ville où les corps ne sont plus. Certes, elle est peuplée d’êtres qui vivent et déambulent, mais les corps proprement dits n’y ont plus leur place. C’est l’Hygienapolis.» Didier Fiuza Faustino
Didier Fiuza Faustino propose des «anticorps» pour contrer cette ville dans laquelle tout est ordonné, lisse et prévisible: «Anticorps pour le corps. Anticorps pour l’espace.» One Square Meter House (2003) qui est une réponse à l’architecture standardisée propre à l’ère de la surpopulation urbaine, en est un exemple. Cet habitat occupe un mètre carré au sol et s’élève à 17m, la hauteur moyenne des bâtiments haussmanniens, représentant ainsi l’unité minimale d’un espace de vie.


Didier Fiuza Faustino, One Square Meter House (2003). Porte d’Ivry à Paris.

Body in Transit (2000) est également destiné à loger un corps. Il s’agit d’un corps en mouvement car ce container est construit pour servir au transport «en toute sécurité» d’un immigré illégal dans la soute d’un avion.

«Dessiner l’objet le plus hygiénique possible,  inventer un artefact de protection pour un corps vivant en danger effectif. À la limite – atroce – c’est du packaging pour ces corps-marchandises vivants. Et la première idée, c’est de faire la cartographie de ce corps. Je réfléchis sur la technologie, la façon aujourd’hui de ramener ça à des données, de faire un répertoire où tout devient identifiable et où on peut régler les problèmes, comme ça, techniquement. On a des instruments haute performance. En un sens, je reviens avec Body in Transit sur toutes les expérimentations du début – les films, les installations, les vidéos sur la transpiration, le corps, le mouvement… Avec le scan 3 D je veux construire l’architecture la plus précise du corps: une enveloppe qui sera au plus près du corps à protéger. Mais en fait je me trompe : le corps est mouvement, flux, et le scan ne peut rien enregistrer de stable. Le corps vivant est impossible à cartographier comme ça. Il faut le dessin.» in http://www.vacarme.org/article1386.html



Didier Fiuza Faustino, Body in Transit (2000)

Temporary Autonomous Zone (2004), une plateforme élevée et éclairée de la taille d’un ring de boxe, offre un espace de confrontation, d’échange et d’expression. Cette architecture autonome s’intègre dans une ville au sein de laquelle les lieux publics sont devenus insignifiants. Faustino met l’accent sur l’importance des usages de l’objet, puisque cette «zone» est mobile et son utilisation «libre» et variable. Il rejoint ainsi la thèse de Michel Foucault selon laquelle «la liberté est ce qui doit s’exercer». «Ces anticorps sont des projets qui, tels des substances illicites, désinhibent l’individu et aussi la ville. Territoires de tous les possibles, ils réinventent le lien entre l’un et l’autre pour une double révélation: de l’espace à travers le corps, des sens à travers l’architecture.» Didier Fiuza Faustino, Bureau des Mésarchitectures, Seoul, Design Document Series 21, 2007.

«L’œuvre de Didier Fiuza Faustino est de manière réciproque une provocation de l’art à partir de l’architecture et de l’architecture à partir de l’art, dans une absence de distinction des genres qui résume une attitude éthique et politique sur les conditions de la construction du lieu dans le tissu socioculturel de la ville. Espaces, bâtiments et objets se révèlent être des plateformes pour l’intersection du corps individuel avec le corps collectif lors de son usage. Chaque projet représente un concept subversif du contexte social, où voir revient à expérimenter, au-delà de la soumission à la dichotomie des règles qui délimitent l’espace public et l’espace privé. Le corps est recentré à partir des implications sociales de l’espace, dans un avertissement sur les dangers de sa sujétion à une ambiguïté de représentation qui contribue à faire oublier son identité.» João Fernandes

Didier Fiuza Faustino, né en 1968, architecte et artiste, partage ses multiples activités entre Lisbonne et Paris. Diplômé de l’Ecole d’Architecture de Paris-Villemin en 1995, il co-fonde en 2002 le Bureau des Mésarchitectures. Il est lauréat des Nouveaux Albums de la jeune architecture en 2002, participe en 2000, 2003 et 2008 à la Biennale d’architecture de Venise. Il expose en tant qu’artiste dans de nombreuses manifestations internationales (Expo Suisse 02, Biennale de Yokohama 2005, Biennale de São Paulo 2006…) et est représenté dans diverses collections publiques (FRAC Centre, MNAM-Centre Pompidou, etc.). One Square Meter House a été réalisé pour la commande publique pour le tramway parisien. Il a été commissaire pour 2009 de la nouvelle Biennale des arts urbains de Bordeaux, Evento.

Sites : http://www.mesarchitecture.org
http://no-arch.com/noa/wordpress/?p=1221
http://www.fondation-entreprise-ricard.com/conferences/entretiens/art/Faustino/

Enregistrement vidéo de la conférence de Didier Fiuza Faustino

1.


2.

3.