49. Aalam Wassef : Projections sur toile/The Web as exhibition space

Présentation par Jean-Louis Boissier
Observatoire des nouveaux médias
EnsAD 31 rue d’Ulm 75005 Paris

Mercredi 8 février 2012, 18h 30, amphi Rodin

Conférence en français

Aalam Wassef : Projections sur toile/The Web as exhibition space
Aalam Wassef est né en 1970 au Caire, en Égypte. Il vit et travaille au Caire.
En employant régulièrement les technologies multimédia, Aalam Wassef travaille à des installations pour les lieux d’exposition comme pour l’espace urbain. Au printemps 2008, il a ouvert un espace de projets dans la vieille ville du Caire. Divers projets artistiques ont ainsi été développés en coopération avec le petit commerce environnant, du marchand de charbon au réparateur de Vespas. Ils ont dès lors été montrés dans cet espace semi-public du petit commerce et, par exemple, sous forme de vidéos projetées sur les murs des bâtiments du voisinage. Parce que ces travaux se référaient à la situation locale et internationale, ils ont activé intensément la vie locale sur les plans politique, social et culturel.
Aalam Wassef a été actif à partir de 2006 sous le pseudonyme d’Ahmad Sherif, parlant en faveur des droits de l’homme contre le gouvernement Moubarak. Avec des clips vidéo très vifs, dans une esthétique située entre le Pop Art et l’Arte Povera, il a donné une réponse populaire à l’actualité politique et a critiqué la morale prédominante comme le statu quo social. Sa production artistique varie de clip en clip, utilisant le dessin, l’animation, des objets rapidement « jetés ensemble », ou des images trouvées. Son point de vue s’exprime souvent par la combinaison de textes et de musiques composées par lui-même. Chaque proposition tend à briser des tabous : dénoncer le président ou l’armée, exiger la liberté d’expression et l’égalité sexuelle, démasquer la corruption et la torture. Au-delà de la publication ses propres productions et de celles des amis dans tous les réseaux possibles de la communication virtuelle, il a également créé une forme de contrepublicité en utilisant des annonces Google : chaque fois que quelqu’un lançait une recherche à partir des mots « Moubarak », « Croisière sur le Nil » ou « Egypte », un message critique à l’encontre de Moubarak apparaissait dans les résultats du moteur de recherche.


Vous pouvez activer les sous-titres en anglais en cliquant sur le petit bouton cc, en bas à droite


Aalam Wassef, 2012-01

Aalam Wassef. 1970 in Cairo, Egypt. Lives and works in Cairo, Egypt.
Often employing multimedia technologies, Aalam Wassef works with installations in both exhibition spaces and urban space. In the spring of 2008, he opened a project space in Cairo’s old city. Various art projects were developed in cooperation with surrounding small businesses, from the coal seller to the Vespa repair shop. These were then shown in the businesses’ semi-public space and, for example, as videos projected on the walls of buildings on neighborhood streets. Because the works directly referred to the local and international situation, they intensely activated neighborhood life on a political, social, and cultural level.
Wassef has been active since 2006 under the pseudonym Ahmad Sherif, speaking out for human rights against the Mubarak government. Using fast-moving video clips with an aesthetic situated between Pop Art and Arte Povera, he created a popular response to current political events and criticized the predominating morals and social status quo. His artistic approach varies from clip to clip, either using drawing, animation, quickly “thrown together” objects, or found images. His point is often made by combining text and self-composed music. Each installment broke additional taboos: slandering the president or the military, demanding freedom of speech and sexual equality, uncovering corruption and torture. In addition to publicizing his own productions and those of friends in all possible virtual communication networks, he also created counterpublicity by using Google ads: each time someone entered the search word “Mubarak”, “Nile Cruise”, or “Egypt”, a critical message to Mubarak appeared in the search engine’s results.

Expositions/Exhibitions
 :
Demonstrationen, Frankfurter Kunstverein, 2012
 Alias, commissariat de/curated by Oliver Chanarin and Adam Bromberg, Cracow Museum of Contemporary Art, 2011
Egito em Obras — expressőes da revoluçăo, commissariat de/curated by Demétrio Portugal, Matilha Cultural, Sao Paolo, Brasil, 2011

Parcours West III, La Générale en Manufacture, Paris, 2011
Pôle M, Paris, 2011
Galerie Conradi, 2010
Parcours West II, La Générale en Manufacture, Paris, 2010
We Will Be Heroes, 000-001, Cairo, 2010
Sabotage, La Comète, Paris, 2010
L’Échangeur, Paris, 2009
OK Museum for Contemporary Art, Ars Electronica, Linz, Austria, 2008
01 SJ Festival – Art on the Edge, San José, USA, 2008
Festival Vidéoformes, Montpellier, 2007
Biennale d’Art Contemporain, Dieppe, 2007

Liens indiqués par Aalam Wassef :
http://www.youtube.com/ahmadsherif
— la chaîne youtube de l’avatar d’A.W., de 2007 à 2011
http://www.youtube.com/aalamwassef — la chaîne sur laquelle il poste ses travaux depuis la fin de son anonymat
http://www.soundcloud.com/aalamwassef — les bandes sons et chansons de ses vidéos
http://www.galerie-conradi.de/arbeiten.php?id=34&lang=en — le site de sa galerie à Hambourg (Conradi Galerie)





Aalam Wassef, copies d’écrans de clips en ligne, 2007-2012

Enregistrement vidéo de la conférence d’Aalam Wassef

1/4
Jean-Louis Boissier introduit la conférence. Aalam Wassef retrace son histoire récente depuis 2006, année où, à Paris, il crée un espace internet, en se servant des blogs et moteurs de recherche pour lancer deux messages : l’Egypte est une dictature et un état policier. Projection à l’écran du tableau synoptique de tous les instruments d’informations disponibles, de haut en bas, de gauche à droite: Foreign Press/TV, Youtube, Foreign Blogs, Egyptian Blogs, Citizen Journalism, Tagging Platforms, Local Press, Egyptian Street, Google, Mobile Phone Networks, Web radio/MP3. Projection de ses premières vidéos. ça suffit, mise en ligne en janvier 2007. La dictature pour les nuls, 2007. Deux vidéos sur le thème d’un «Joyeux anniversaire Moubarak». La femme et pourquoi pas, films très courts à télécharger sur téléphone portable, 2007.

 

2/4
Aalam fait un saut dans les années. Projection de la vidéo qu’il lance le 5 janvier 2011, vingt jours avant la révolution, sous le nom de Mohamed Michael. Puis il revient sur les années 2008-2011. Il réside au Caire, dans le quartier de Sayyeda Zeinab. Projection d’images de l’exposition We will be heroes, 2008; Petit moment de danse, vidéo, faite pendant la préparation de l’installation, Sketches of Sayyeda Zeinab, 2009; Portrait d’Obama, plaque d’acier; I’ll be your mirror, vidéo avec Ahmed Bayoumi, caméra Aalam Wassef, 2008.

 

3/4
Projection de trois vidéos faites en 2011-2012: Omar Soliman’s Confessions – Mubarak’s orders to the Supreme Council of Armed Forces (SCAF), lancée pour le nouvel an, résumé d’une année 25 janvier 2011-1er janvier 2012; La Grippe Militaire en Egypte, 2012 (version sous-titrée en français); Egypt’s Military Inc. & Privileges – Call for an open general strike, lancée le 7 février 2012. En conclusion, projection des photos de l’installation et de deux vidéos, En attendant mon amour et Folie, montrées à Francfort dans l’exposition Demonstrationen, Frankfurter Kunstverein, 2012.

4/4
Questions. Le rôle des réseaux dans la révolution égyptienne,Twitter, Facebook; la télévision de rue: projection de la vidéo Réaliser le rêve du 25 janvier (version sous-titrée en français). Quelles formes d’art apparaissent? De quelle manière les médias français et égyptiens traitent-ils la réalité actuelle égyptienne? La scénarisation du chaos?