41. Francesco Jodice : art politique en tant que poétique civile

41. Francesco Jodice : art politique en tant que poétique civile
(présentation par Anne Zeitz)
Observatoire des nouveaux médias
Ensad 31 rue d’Ulm 75005 Paris

Mercredi 16 mars 2011, 18h 30, amphi Rodin

http://www.francescojodice.com
http://www.multiplicity.it/

À travers ses travaux photographiques et vidéo, Francesco Jodice investit des territoires marqués par la globalisation et analyse les transformations engendrées par leur occupation. Prêtant une attention accrue aux détails comme indices de comportements humains dans les mégalopoles contemporaines, ses projets se concentrent sur des «micros événements» ainsi que sur la relation entre le «local» et le «global».
What We Want, par exemple, est une série de photographies et de récits, conçue comme un «atlas de conduites sociales et urbaines» à travers 50 grandes villes dans le monde. The Morocco Affair questionne les flux migratoires et leurs impacts sur les pays d’origine des émigrants. Le film, réalisé avec une caméra infra-rouge, est composé de 82 «portraits» de villas appartenant à des MRE (Marocains Résidant à l’Étranger) dans la ville marocaine Oujda à la frontière algérienne.
Ces investigations s’intègrent au sein de projets collectifs et de recherches interdisciplinaires.
En 2000, Jodice cofonde le réseau international d’artistes, d’architectes et d’urbanistes Multiplicity, dont le projet Solid Sea 04 : (M)Re-tourism contient The Morocco Affair et la recherche USE – Uncertain States of Europe inclut une partie de What We Want. En 2004, Jodice crée le collectif Zapruder qui effectue des recherches dans le champ de l’art, de la géopolitique, du cinéma et du journalisme.
Francesco Jodice parlera de ses projets, de son implication dans Multiplicity et Zapruder, ainsi que de sa dernière production (en cours) City tellers.

Né à Naples en 1967, Francesco Jodice vit à Milan. Diplômé en architecture en 1996, il est co-fondateur de Multiplicity en 2000 (dont les projets: Tokyo Voids; USE: Uncertain States of Europe; Solid Sea, Road Map) et fondateur du collectif Zapruder en 2004. Il enseigne à la Faculty of Design and  Art, Université de Bolzano, Italie et à la Nuova Accademia di Belle Arti, Milan, Italie. Ses travaux ont été exposés, entre autres, à la Documenta de Kassel, à la Biennale de Venise, à la Biennale de Sao Paolo, à la Maison Européenne de la Photographie / Paris, à la Biennale de Bruxelles et au Musée des Beaux Arts à Santiago de Chile.

Enregistrement vidéo de la conférence de Francesco Jodice

1/4. [Les premières dix minutes de la conférence n’ont pas été enregistrées, l’enregistrement prend en marche le développement de Francesco Jodice à propos du collectif Multiplicity, ses objectifs, son mode de fonctionnement. Les documents projetés et analysés par Francesco sont visibles 1. sur le site Multiplicity : USE: Uncertain States of Europe; 2. Les serious games de type jeu de plateau du collectif Zapruder sur le site http://www.francescojodice.com et le fim  http://www.francescojodice.com/VZap.htm. Parmi les participants, Francesco cite le Collectif Torolab.

________

2/4. Photographe et cinéaste, Francesco Jodice réalise la pièce City Tellers, Sao Paulo, 2006, vidéo 48 mn, pour la Biennale de San Paulo, projetée à la Rete Glob/TV Cultura, reprise dans Global Cities, 2007 et visible sur le site de la Tate Modern, http://www.tate.org.uk/modern/exhibitions/globalcities/diversity.shtm

________

3/4. Projets commencés en 1996 et qui se poursuivent. Pièces présentées — photos et vidéo stills peu visibles dans la vidéo de la conférence— et reproduites ci-dessous:


Francesco Jodice, Baikonur, T 56, photo, 2008


Francesco Jodice, Mazara, R14, photo, 2000


Francesco Jodice, Citytellers – Sao Paulo, vidéo still, 2006


Francesco Jodice, Phi Phi Ley, photo, 2004

________

4/4. Débat avec le public.

________

Autres vidéo-stills de Francesco Jodice

Francesco Jodice, Citytellers – Dubai, vidéo still, 2009


Francesco Jodice, What We Want, Hong Kong, 2006