Chris Bird et Alexandros Tsolakis: United Visual Artists

Dans un premier temps, nous allons faire un bref résumé de ce qui a été dit à la conférence. Puis, dans un deuxième temps, nous allons voir quelques exemples d’introduction de la lumière dans l’art. United Visual Artist est un collectif qui réalise des installations interactives à base de lumière et de son en fonction de l’architecture urbaine. Nos conférenciers, Chris Bird et Alexandros Tsolakis, font partie de ce collectif (Alexandros Tsolakis étant un architecte urbaniste et Chris Bird étant le directeur de la production).
Ils se sont mutuellement présentés, Chris Bird a par la suite expliqué l’organisation du travail à l’UVA. Ils nous ont expliqué et montré leurs travaux, suivant un classement en trois axes d’études, trois zones de travail: la performance live, les travaux artistiques, l’architecture.

La performance live

Tout d’abord, ils nous ont montré un projet réalisé pour le 100 Window Tour (2003) du groupe Massive Attack. Il s’agissait d’une incorporation de textes sur écran géant (composé de Diodes Electro- Luminescentes ou LED) projetée en temps réel durant le concert. Ils en changeaient le contenu (avec aussi des jeux sur la typographie), les effets visuels et sonores suivant la chanson jouée (ex: statistiques des armes de destruction massive), et l’ont traduit en plusieurs langues pour la tournée.
Ils ont suivi une autre tournée avec Massive Attack (un festival plus exactement), avec un système de lumières (LED) qui s’agitaient en fonction de la musique, formant des structures sculpturales. Le but étant de traduire chaque pixel d’une image en une lumière (un pixel équivaut à une LED et inversement), le tout reconstituant l’image.
Ensuite, il y a eut une collaboration avec U2, à l’occasion du Vertigo Tour de 2005. Pour cette tournée, ils ont réalisé trois projets. Un collage immense de visages de personnes étant fans du groupe, se trouvant en haut de la scène. Une autre partie consistait à former un arrangement en 3D d’écran 2D transparents. Enfin, le troisième lieu de travail se trouvait sur le sol de la scène qui formait des ellipses illuminées.

Les travaux artistiques et interventions sur les architectures et surfaces urbaines

Installation d’un panneau à LED avec des sons qui lorsque les spectateurs approchent le panneau les lumières et le son s’agitent, s’énervent, et lorsqu’ils s’en éloignent, les lumières sont calmes et le son redevient posé. Autre installation sur une plateforme avec des colonnes de lumière en LED illuminées en fonction du son. Avec Constellation Installation (2008) ils ont essayé de révéler la beauté de l’architecture en installant au plafond des lumières tombantes ressemblant à des stalactites avec un nouveau design pour la plateforme: forme de vague.

On retiendra aussi Kabaret’s prophecy, l’installation de lumières dans une boite de nuit formant des écrans géants intégrés aux murs formant des images qui changent suivant la musique produite par le DJ.
Enfin, Santra, l’installation dont le but était de se servir de la surface architecturale comme d’un écran géant.

Les performances live peuvent nous rappeler les différents procédés techniques utilisés lors des concerts, on retrouve majoritairement la technique de la rétroprojection retranscrite en direct sur des toiles géantes. Mais dans le cas de « United Visual Artist », on peut vraiment parler d’art puisque qu’ils maîtrisent des nouveaux médias, donc les LED et la programmation des projections.

La lumière dans l’art

Dan Flavin, artiste plasticien américain fait de l’art minimal avec des tubes fluorescents (ou néons) qui forment des sculptures. Sculptures lumineuses qui s’attaquent à l’architecture ou plutôt à la salle d’exposition, pour enfin former des installations.

Dan Flavin, Sans titre (en honneur à Harold Joachim), 1977. Photographie de Billy Jim, Courtesy Dia Art Foundation.
Source: http://www.diaart.org/ltproj/flavbrid/photo7.html

Patrice Hamel travaille également avec des néons. Il joue sur la typographie, le reflet des surfaces, l’inversion des mots, il extrait ainsi des mots à partir des formes crées et travaillées. Ce sont plus des travaux in situ rattachés à un thème, et/ou à un lieu où ils se trouvent exposés. L’exemple le plus connu de son travail se trouve à la gare du nord:


Patrice Hamel, Réplique n°11 (1997), version 4 (2002), photographie d’André Morin.
Source : http://www.patricehamel.org/insitu/index.html

Guy Limone, autre artiste français, dont le travail peut nous rappeler la performance live de U2 présenté par UVA où ils ont réalisé un immense collage des portraits de fans du groupe, tout cela en lumière. Il a réalisé des néons sur lesquels il a appliqué des photographies sur film transparent pour en changer la couleur du tube fluorescent.


Guy Limone, Mariage en orange et bleu à Maré, 2004.
Source : http://www.galerieperrotin.com/fiche.php?id_pop=12148&&idart=5&&dossier=Guy_Limone&&num=17&&p=2
http://www.galerieperrotin.com/

James Turrell, artiste américain est connu pour ses installations de «bains de lumière»: ses créations ne comportent aucun objet, elles sont juste composées de lumières artificielles ou naturelles, il forme des environnements de lumières ou perte de repères s’y conjuguent.


James Turrell, Gap, 2001-2006.
Source : http://blog.art21.org/category/artists/james-turrell/


James Turell, Sky Space,≈2001
Source : http://www.artnet.com/artwork/424855666/116907/sky-space.html
Carine Asscher, James Turrell passage way, film, 2006.
http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Edition.nsf/0/2EDFF997057F983BC1257122005540AB?OpenDocument&sessionM=6.3.2&L=2

Ann-Veronica Janssens crée des installations lumineuses.


Ann-Veronica Janssens, Représentation d’un corps rond n°2, 1996/2001, œuvre du Fonds national d’art contemporain.
http://www.culture.gouv.fr/picardie/dossiers/expo_etonnants-detours/mosaique/mosaique.html


Ann-Veronica Janssens, Freak Star, 2005.
Source: http://www.frac-bourgogne.org/scripts/album.php?mode=data&id_lang=1&id_artiste=339#

Autres installations son et lumière, qui peuvent être mis en relation avec les travaux d’UVA.
Spectra
, de Ryuji Ikeda, artiste japonais, œuvre présentée à la nuit blanche de Paris le 4 octobre 2008.


Ryuji Ikeda, Spectra
Source: http://www.paris.fr/portail/nb2008/Portal.lut?page_id=8743&document_type_id=5&document_id=57542&portlet_id=20849
http://www.ryojiikeda.com/

Sur le plan antinomique de l’industrie culturelle et publicitaire, Obscura Digital, une entreprise américaine, développe des solutions créatives de technologies dirigées, organisant des installations/ publicités de son et lumières pour d’autres grandes entreprises. Ils réalisent des dômes de projections lumineuses, des installations interactives, des rétroprojections, des projections en fonction d’un orchestre qui joue etc.
http://obscuradigital.com/

Emily Aguilar