«Nuage Vert» — La sculpture métamorphosable

HeHe est un collectif très actif créé à Paris en 2001 par Helen Evans et Heiko Hansen qui se définit comme une «plateforme pour l’art, le design et la recherche, explorant de nouvelles voies pour intégrer les media électroniques dans un environnement physique.»
Le projet Pollstream dont font partie Smoker’s lamp et Nuage vert est une série d’installations dans lesquelles le public peut percevoir la pollution dont il est responsable au moment même où celle-ci se produit. Le sujet est l’art et l’environnement. Projet artistique à l’échelle de la ville, Nuage Vert a été réalisé à Helsinki en 2008. Il se compose d’une caméra braquée sur la cheminée d’un incinérateur public, et d’un laser qui dessine le contour du nuage de fumée dans le ciel: Nuage Vert propose d’utiliser les émissions de vapeur qui s’élèvent d’un incinérateur de déchets ménagers comme support pour l’illumination.

Smoker’s lamp utilise de simples détecteurs de fumée, qui continuent de jouer leur rôle, mais traduisent en couleurs et en sons la saturation progressive de la pièce par les exhalaisons des amateurs de cigarette.

Ces œuvres me rappellent le texte de Rosalind Krauss: «Sculpture in the Expanded Field», Revue October, 1979. Elle parle de La Porte de l’enfer et de Monument pour Balzac de Rodin qui ont cassé la convention traditionnelle de monument classique, et sa subordination à l’architecture, la religion, la littérature et la morale. La sculpture a obtenu l’indépendance. Ainsi on peut dire qu’avec la contribution de Rodin, cela a permis à la sculpture de devenir une manière d’expression individuelle d’artiste. Avec les nouvelles technologies: contrôle automatique, laser, capteur d’optique, capteur de son, etc., HeHe réalise Nuage Vert métamorphosable dans un musée sans murs1, dans un espace immense.

Baptisée Nuage Vert, la création vise à impliquer les citoyens dans la réduction de la consommation d’énergie. Paradoxalement, Nuage vert utilise une énergie énorme pour exprimer son point de vue concernant la préservation de l’environnement —le laser oscillateur est un dispositif qui demande beaucoup d’électricité. Ainsi pour Smoker’s lamp, les spectateurs fument beaucoup plus que l’habitude pour rendre visible la pollution au CO² produite par une simple assemblée (de non-fumeurs) dans une pièce close.

(1). «Le Musée sans murs du postmodernisme», Rosalind Krauss (Translated by Ann Hindry) Cahiers du Musée National d’Art Moderne (1986), 17-18: 152-158.