Le langage des couleurs


Anri Sala, Dammi i colori, 2003

«Man-Made Clouds» de Helen Evans et Heiko Hansen me donne un point de vue obscur sur l’expression de la couleur dans l’art. Normalement les artistes décident des couleurs pour leurs œuvres. Mais je vois l’inverse dans les œuvres de ces deux artistes.

En fait, la couleur est conduite par l’émotion dans la création de l’artiste mais c’est l’émotion qui fixe la couleur. HeHe donne aussi des expressions de couleur mais elle est décidée par des techniques d’ordinateur et des mouvements de nuages de fumée, en fait la couleur change selon le niveau de danger de notre environnement. Je me demande s’il y a l’expression émotive dans ces œuvres parce que la décision n’appartient pas à l’auteur et que l’ordinateur et les mouvements de nuages de fumée n’ont pas des émotions. Mais les mouvements de la couleur dans les nuages nous donnent une esthétique. Alors est-ce-que l’esthétique n’a pas besoin d’avoir l’intervention des émotions de l’artiste?
Pourtant les mouvements de couleur des nuages ont effectivement des significations qu’on peut identifier comme le danger de notre environnement, donc elle rendent au regardeur une émotion, soit danger, soit moins de danger, soit sans danger. Je pense dans ce cas-là que l’esthétique produit des émotions pour des regardeurs.

De plus la perception des couleurs agit également sur des émotions du regardeur. Par exemple le rouge informe normalement du danger, il symbolise le feu, le jaune est moins dangereux parce qu’il est moins rouge et le vert symbolise normalement la sécurité. Donc des techniques empruntent ces perceptions, elles agissent évidemment sur l’émotion du regardeur. Ainsi nous ne nous étonnons pas si des couleurs dans le Man-Made Clouds des HeHe, produites par des techniques, nous donnent des émotions. Je pense que c’est grâce au langage des couleurs.