L’Institut de Recherche et d’Innovation

Le 14 janvier 2009 a eu lieu la dernière conférence du semestre de l’Observatoire des Nouveaux Médias. Les invités étaient Vincent Puig et Yves-Marie L’Hour, tous deux chercheurs à l’IRI : l’Institut de Recherche et d’Innovation du centre Georges Pompidou. La conférence est axée principalement sur la présentation du logiciel créé par l’IRI, Lignes de Temps permettant d’analyser et d’annoter des films.
Vincent Puig commence par nous rappeler la place de l’amateur au sein de la monarchie, celui-ci de naissance noble pouvait au côté du roi juger les œuvres de l’artiste roturier.  C’est par cette introduction historique que le chercheur de l’IRI définit la figure de l’amateur: un spectateur averti et résonné. A l’heure de la consommation culturelle, l’IRI s’applique à inventer des outils pour ce public éclairé qui pratique lui-même l’art ou qui souhaite effectuer des recherches approfondies dans ce domaine. Ici, Vincent Puig opère à un deuxième retour en arrière et se souvient de l’amateur de peinture du 19e siècle qui visitait le Louvre pinceaux à la main pour copier et apprécier l’œuvre contemplée.
C’est à partir de ce modèle que l’IRI crée Lignes de Temps, un instrument d’analyse de l’œuvre cinématographique. L’utilisateur peut désormais pratiquer une lecture décomposée du film et écrire ses propres annotations sur le document numérisé. La base du logiciel est similaire à un banc de montage à l’intérieur duquel il est possible de relever les différentes figures de style cinématographiques : un plan séquence, une prise de vue en plongée, un travelling circulaire…Les commentaires de chacun apposés au document sont ensuite lisibles par tous. Le logiciel prend ainsi la forme d’un réseau social culturel favorisant l’échange et le partage d’observations personnelles établies à partir d’un support artistique. Cette mise en commun de travaux individuels me parait très intéressante, j’ai relevé sur le site de l’IRI une phrase pertinente illustrant ce propos: «En vérité, il s’agit de faire du champ de la culture un laboratoire pour penser l’évolution de la société consumériste, qui s’est mise en place au 20e siècle, vers une société fondée sur de nouvelles formes d’échanges s’appuyant sur la coopération.»

Le logiciel permet pour le moment des interventions essentiellement textuelles mais l’IRI imagine des interfaces vidéo-sonores offrant une multitude de possibilités.  Vincent Puig, à ce sujet, évoque le logiciel Cine Lab de l’ANR (agence nationale de la recherche) qui propose en plus du système d’annotation sur films, des audio-guides pouvant être personnalisés au cours de la visite d’une exposition. Le spectateur peut enregistrer ses impressions grâce à différents médias et les partager avec les autres visiteurs. L’amateur apporte ainsi sa contribution à un événement en enrichissant la base de données et en réfléchissant sur les thématiques soulevées par les œuvres d’une exposition. Ces systèmes peuvent devenir des bases de travail importantes pour les acteurs de la culture: les chercheurs, les artistes ou les enseignants comme pour les autres. Lors de la conférence une analyse critique du film La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock nous a été projetée. Cette vidéo réalisée par les élèves du Lycée Paul Valéry grâce au logiciel Lignes de Temps est représentative de  la dimension pédagogique proposée par de tels outils.

Institut de Recherche et d’innovation

Lignes de temps : analyser le cinéma | InternetActu.net

Yves Marie l’Hour artiste, ingénieur physicien et doctorant en philosophie s’intéresse quand à lui aux possibilités de création que peut offrir le logiciel Lignes de Temps. Grâce à la fonction de mots clés les spectateurs pourraient intervenir dans l’œuvre en associant des mots à des images dans le cadre d’une installation vidéo-sonore. Sur ce thème de musique chromatique Yves Marie l’Hour a mis en place avec Benoît Meudic l’exposition Gestes: trois variations sur la Naissance. S’appuyant sur la Naissance de la tragédie de Friedrich Nietzsche, l’installation propose des projections d’images abstraites créées à partir des figures d’Apollon et   de Dionysos et reliées à des séquences sonores correspondant à ces deux thèmes. Les spectateurs se déplacent dans la salle et sont appelés successivement par l’attracteur appolinien, l’attracteur dionysien ou l’attracteur tragique selon les émotions ressenties.

Gestes: trois variations sur la Naissance :
Gestes: trois variations sur la Naissance – InOutWiki