Les recherches de l’IRI

Vincent Puig (directeur adjoint – IRI), nous a expliqué comment fonctionne et quel est le rôle d’IRI, et avec Yves-Marie L’Hour (responsable éditorial – IRI) s’interrogent sur la question de la figure et statut de l’amateur – les thèmes principaux de l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) au Centre Pompidou, créé en 2006. Ils nous expliqué la structure de recherche formée par Bernard Stiegler, qui a pour but d’inviter les amateurs à pénétrer les domaines du cinéma et musique.
Du 17e et du 18e siècles, le terme d’amateur a changé le sens, comme nous a expliqué Vincent Puig. La définition d’amateur s’est élargie au champ des activités, ce qui n’était pas le cas avant. Il y a encore trois siècles, le mot «amateur» était réservé exclusivement aux artistes. Aujourd’hui, un amateur, c’est quelqu’un qui fait quelque chose par plaisir, non pour les obligations et raisons professionnelles. Ils nous ont présenté une réflexion sur le changement du terme «amateur» dans différents domaines: artistique, politique, philosophique, sociale. En sachant alors que l’amateur d’aujourd’huI est quelqu’un qui peut s’intéresser à n’importe quel domaine, le but est de lui laisser la parole. L’IRI propose Lignes de temps -un logiciel d’annotation et d’analyse de films qui met à profit les possibilités offertes par le support numérique. Le but est d’attirer le public en rendant accessibles les documents indispensables à l’exploration d’un film ou d’un événement, comme l’exposition Traces du sacré. Le logiciel est téléchargeable sur le site d’IRI. (http://www.iri.centrepompidou.fr/) L’Institut souhaite développer chez les amateurs le jugement critique sur des œuvres, le temps long des écrivains, la production et l’échange de métadonnées, la pratique sensori-motrice. Ainsi se crée une sorte de réseau, de communauté qui peut critiquer, échanger, pratiquer.

Karolina Bierdziewska