Cartographie et shanshui (eau de la montagne)

Quand j’ai visité le musée de Shenyang*, j’ai vu les carnets de paysages d’un peintre de l’époque de la dynasie des Sung (Song) (1127-1279) du sud. Son style, sa forme, son trait ressemblent à ceux de tous les autres peintres de cette époque, qu’on appelle le style <sudiste>. Mais, il y a quelque chose de différent, il est en territoire ennemi, au pays des Liao (907-1125 ) qui occupe alors la Chine du Nord et il cache le fait qu’il est peintre parce qu’il a la fonction d’ officier dans l’organisation du corps diplomatique.
Si tu ne connais pas cette histoire, ce carnet peut faire croire qu’il ne s’agit que de peinture de pins et de rochers sur le mont Huang ou d’arbres, de rochers et de chute d’eau. Il est très difficile de distinguer un simple tableau d’une véritable cartographie dans la tradition chinoise.
Après les dynasties des Jin (265-420), pendant de longues années, la peinture chinoise a développé son style. Au départ, on peignait d’après nature, la réalité de la vie. Chacun peignait se réalité: dans le nord comme Guo Xi,  Li Gonglin etc: dans le Sud les montagnes, comme Ma Yuan, Xia Gui et Liang Kai. Après de longues années, le style n’avait pas changé,  il ne restait que signes et/ ou  figures. Les artistes banals peignaient la peinture ou le dessin comme s’ils composaient une figure qui existait déjà. La création artistique consistait en décomposition et reconstruction (Les Enseignements de la Peinture du jardin grand comme un grain de moutarde).

Dans les ouvrages du Bureau d’études, on trouve beaucoup de références qu’ils ont utilisées pour composer leur travail, en en faisant un vocabulaire stylistique. Peut-être que ces signes peuvent être reproduits et servir à d’autres personnes. Grâce à leur grande échelle, ces cartes-tableaux sont  efficaces et pratiques, comme une signalétique mise en espace. Par contre, je pose une question. Où est la liberté de la figure si elle est basée dans l’objectivité? Et aussi: quelle est la différence entre ce travail et les autres figures qu’on n’appelle pas de l’art?

*1:Shenyang (沈阳 ; pinyin : Shěnyáng) est la capitale de la province chinoise du Liaoning. La population de sa juridiction dépasse les sept millions d’habitants. Le nom mandchou de la ville est Moukden.

Hao WU