Jean-Charles Fitoussi : « Impromptus »

Jean-Charles Fitoussi nous a expliqué dans sa conférence, comment il a embrassé le «pocket film» fait au téléphone portable en en donnant son arrière-plan, celui de la réalisation de films traditionnels. Il évoque en préalable une anecdote personnelle significative d’une attitude cinématographique : «Un jour, en voiture,  j’ai remarqué l’ombre portée de nuages sur des champs, j’aurai voulu filmer ce phénomène, mais malheureusement je n’avais pas de caméra avec moi.» La question posée peut être comment utiliser efficacement l’infinie liberté et le potentiel créatif d’un appareil photo ou d’une caméra de téléphone portable que nous avons avec nous tout le temps?
Les experts ouvrent le monde du faire-cinéma aux masses des amateurs. Contrairement aux films qui nécessitent beaucoup d’argent, de personnes et de temps, le téléphone cellulaire est un film facile à bon marché d’une personne. Même l’image de qualité relativement médiocre peut être un avantage. Le son étant par la nature même de l’outil assez bon.

«Je tiens à évoquer le fantasme de tous les jours, et à charger l’objet le plus anodin d’étrangeté qui est le propre de cette histoire d’une demi-existence. Et de le faire sans l’aide de tout autre chose que des effets spéciaux d’édition et de langue, que le pouvoir magique de le faire avec le discours invisible instantané des choses qui existe dans l’imagination: c’est la fonction du commentaire, en voix off, «du grand-oncle en voyage», dont on attrape l’étrange fragment littéraire, commentaire dont le ton peut rappeler celui de François Truffaut, et qui en plus de démontrer un engagement envers  la musicalité du texte, donne le rythme au film et lui confère un caractère d’histoire. » Masaki Fujihata. (revoir la traduction)

«Le téléphone cellulaire est un outil très personnel. C’est presque une partie de votre corps, la moitié de la population mondiale possède un téléphone cellulaire. L’art qui vient de ces numéros a un potentiel de changement historique». a déclaré Jean-Louis Boissier.

A notre époque, le téléphone peut être déplacé, les caméras peuvent être numérisées, la télévision est progressivement remplacé par 1seg. Cette conférence explore le potentiel d’expression audiovisuelle qui se trouve caché dans une « pratique jouet high-tech », et par le biais de différents médias, vise à construire une méthode idéale de  communication qui excite nos sensibilités – quelque chose qui n’est pas encore évident, même pour les artistes.

Yongbin ZHAO