Jean-Charles Fitoussi. Filmer avec un téléphone portable

Les progrès techniques enrichissent progressivement les fonctions du téléphone portable. Comme le roman en SMS, le GPS drawing, le film du téléphone portable s’élève ainsi sur internet où les gens commencent à enregistrer les vidéos de leurs vies  et partager avec les autres. Certains artistes découvrent une possibilité d’expression avec ce nouvel instrument. Jean-Charles Fitoussi, cinéaste-artiste, pour la première fois a réalisé un long métrage uniquement tourné avec téléphone mobile intitulé Nocturnes pour le roi de Rome dans le cadre du festival Pocket Films 2005. Ses films sont fondés sur le hasard, l’imprévu dans la vie quotidienne.  Dans cette conférence, il nous a raconté une histoire qui lui avait permis de commencer son travail sur le hasard et montré comment le téléphone portable est utilisé comme un outil artistique. En 1993, en hiver, il avait aperçu les ombres des nuages sur les champs qu’il avait souhaitées filmer. Revenu rapidement sur les lieux avec une la caméra, le spectacle merveilleux avait disparu. Mais si l’on a un téléphone portable en poche, ces spectacles ne sont pas manqués. Son film, Temps japonais, est une suite de rushs vidéo tournés avec un téléphone portable. Mais sans programmation, il filme simplement ce qu’il rencontre au hasard dans la rue ou des conversations dans un café pendant son séjour au Japon. En ajoutant des images d’archives, des extraits d’autres films, et de la musique, particulièrement les sous-titres français fictifs qu’il invente, l’artiste crée une nouvelle forme de narration cinématographique. Un film documentaire par l’effet du faux sous-titre devient donc un film de fiction. Enfin, il y a un effet visuel totalement différent quand l’on projette le film réalisé par le téléphone portable dans le grand format du cinéma. Le film de poche est comme une esquisse des temps réels.

Xiaoman HUANG