« Environnements sensibles », Usman Haque


Sky Ear

Usman Haque est un architecte qui n’est pas intéressé seulement par —comme il le dit— «le sol, les murs et le plafond», mais par tout ce qui se passe à l’intérieur, tout ce qu’on entend, ressent —les émotions mais aussi, les odeurs, la température, le son, les couleurs qu’on y trouve, il veut explorer la perception de l’espace. Il remplace le mot «technologie» par «instrument », les «utilisateurs» par «participants», et enfin «espace public» par «commons».
Le premier projet intitulé Sky Ear, présente un projet, une performance avec un mille ballons qui forment un nuage coloré, dans chaque ballon se trouve un capteur de champs électromagnétiques. Les spectateurs participaient à cette performance en appelant les numéros inscrits sur ces ballons avec leur portable et créant ainsi les champs électromagnétiques envoyant les ballons au ciel conçu comme un espace créatif commun. On pouvait observer le changement de couleurs, sons ou les déplacements dus à leur action. Mais l’artiste n’était pas satisfait de son travail, donc il a décidé de réutiliser le même équipement en le changeant un peu, en introduisant le système modulaire grâce auquel le public pouvait faire un dessin, quelque chose beaucoup plus grand et performant qu’un simple immeuble. Dans ce projet l’artiste voulait nous montrer que les gents peuvent construire et créer eux-mêmes dans l’espace.
Il donne vie aux installations avec des logiciels ou différents systèmes qui détectent une position dans l’espace, un son, un odeur, un téléphone cellulaire, etc. La technologie devient dans son travail un système de relations techniques. Le projet fonctionne grâce aux réactions, actions et décisions de participants (spectateurs).
Mis à part des installations interactives, il fait aussi des environnements avec projections, des interfaces numériques ou des performances. Haque essaie de penser l’architecture autrement, il crée de nouvelles façons d’expérimenter, de contrôler et d’interagir avec l’espace. Dans son travail, il y a une envie d’explorer la frontière entre l’architecture et l’art en invitant le public à participer à cette réflexion. Il se sert de la technologie pour provoquer des interactions entre les individus et leur environnement. Il se sert de systèmes architecturaux interactifs et la technologie pour provoquer des interactions entre les individus et leur environnement.

Karolina Bierdziewska