Hyper-nature

Orchisoid, installation de Masaki Fujihata, m’a fait penser au Plantes et fleurs virtuelles de Miguel Chevalier. Deux attitudes envers les nouvelles technologies qui inspirent de nouvelles découvertes dans l’art.  Normalement, lors qu’on parle du préfixe «hyper», on pense aux choses supérieures, extraordinaires, donc je pense que le nom «hyper-nature» est approprié pour ces deux œuvres puisque ce sont des applications d’inventions scientifiques.

Si Orchisoid de Masaki Fujihata tente d’humaniser une simple fleur, des détecteurs sont placés sur l’orchidée et un ordinateur retranscrit sur un écran ce qu’elle ressent, les Plantes et fleurs de Miguel Chevalier sont humanisées également, mais par des mouvements en temps réel grâce aux interactions extérieures (la méthode est différente).


Orchisoid
, installation de Masaki Fujihata


Plantes et fleurs virtuelles de Miguel Chevalier

Je pense qu’elles sont humanisés puisque les nouvelles technologies permettent de produire des sensibilités supérieures de plantes qu’elles soient réelles ou virtuelles. La question posée, si les plantes ont des sensibilités, est-ce qu’elles éprouvent des émotions -des émotions végétales? De mon point de vue, je pense que ces émotions sont produites par des inventions technologiques. Nous parlons maintenant de l’invention artistique parce que nous avons des moyens (des inventions technologiques) pour la création de l’art. C’est pourquoi Masaki Fujihata a dit «Je vois l’art des médias non pas tant comme celui qui “utilise” les nouveaux médias mais comme une créativité appliquée à fabriquer ces médias.» En effet, comme nous voyons deux œuvres ci-dessus, nous voyons que la créativité permet de produire des médias différents. Évidement nous voyons des invention artistiques à travers des inventions technologiques et le contraire. Ce croisement nous permet d’enrichir la création dans le monde de l’art.
Anh Tuyet Do