Xavier Boissarie: nouveaux médi-humanité

Cela fait environs 20 ans que Xavier Boisserie travail dans le domaine des nouveaux média. C’est avec cette expérience qu’aujourd’hui  Xavier pause la question des conséquences de sa consommation sur notre monde, de la pratique de média numérique sur la réalité de l’Homme et son Humanité. Il attache également une importance sur le constat d’une réduction de l’espace individuel au profit de l’espace virtuel.

Pourquoi aller vers le virtuel, jouer dans un espace artificiel, s’enfermer dans un espace socialement froid? Xavier trouve la réponse dans ce qu’il nomme le GAME PLAY. L’utilisateur se retrouve dans un univers qu’il contrôle et trouve son plaisir dans la prédiction exacte. Cette projection vient palier aux frustrations d’un monde réel qui est aléatoire et dépendant de facteurs multiples et infinis. Il nous illustre alors cette idée avec l’objet dit emblématique du 20°siècle: la chaise. L’être humain se retrouve assit dans une mobilité contrainte, réduite. Cet enfermement  trouve sa résonance, un contraire dans l’esprit humain avec une capacité à la simulation mental  de l’espace. L’espace mental est plus vaste que l’espace perçu. C’est une notion que l’on retrouve dans une discipline grecque  MEMORIA. C’est la mémorisation d’un texte par la déambulation, une part de l’esprit est fortement incarnée par un univers spatial. (Exemple: lorsque l’Homme est plongé dans sa réflexion, dans une dérive de la pensée il l’illustre par des phrases comme « j’y viens », « j’y suis » …) d’autres notions rappellent encore une fois les intimes influences de notre corps par rapport à un espace physique, de notre mental par rapport à un autre corps…

Les travaux de M. BOISSARIE sont en rupture avec  ses notions réductrice du corps et de l’esprit. Il offre une autre alternative, une alliance entre le numérique et le tangible, l’univoque et l’équivoque. Il propose d’explorer, d’expérimenter afin de nous aguerrir des influences néfaste d’un détournement des nouveaux média pour enfin penser ce qui sera profitable à l’humanité de l’Homme.