Entre une réalité virtuelle et une virtualité réelle

La réflexion sur notre réalité d’être humain est au centre de toute la pratique de Xavier Boissarie. Comme les techniques sont généralement caractéristiques d’une époque, de nos jours, les nouveaux médias, tels que le numérique, redéfinissent notre environnement réel en inventant de nouveaux espaces. L’artiste nous invite à penser  une nouvelle relation entre l’espace réel  et l’espace virtuel. Les nouvelles technologies nous présentent enfin une réalité à la fois numérique et mobile. Ici, le monde virtuel, qui est un espace imaginaire, se transforme en monde concret où la technique mobile renforce l’interaction entre le monde numérique et l’utilisateur. Ce qui est important, c’est que les médias mobiles, notamment le GPS, l’I-Pod et les Smartphones agencent la virtualité avec les expériences sociales des individus. Cela prouve que notre monde se résume à une réalité cartographique.
La réalité que Boissarie propose à travers ses projets personnels se situe au-delà du monde tangible par le mariage de la technique numérique offrant des espaces artificiels avec nos trois modalités de perception (sonore, visuelle et haptique) dans l’environnement interactif; le monde virtuel n’est plus un espace métaphysique.
Si Shakespeare était vivant aujourd’hui, à l’ère numérique,  il pourrait transformer les mots de sa citation «Le monde entier est un théâtre, et tous les hommes et femmes, n’en sont que les acteurs». Le mot «théâtr » deviendrait par exemple «l’hybride de l’espace réel et de l’espace virtuel» tandis que «les acteurs» seraient remplacés  par «les habitants de ces espaces complexes». Car le théâtre de l’époque était un moyen d’entrer dans un autre monde, artificiel et créé par l’homme.
Les médias numériques, en tant que matériel emblématique d’aujourd’hui, nous font envisager un monde virtuel qui est omniprésent dans notre vie. Ce monde auquel nous appartenons se caractérise à la fois comme une réalité virtuelle qui nous fait percevoir un monde artificiel ressemblant à un monde réel et comme une virtualité réelle qui substitue la simulation du réel à sa représentation.

da yeon Lee