Le virtuel possède une pleine réalité, en tant que virtuel*

La conférence de Xavier Boissarie se composait de plusieurs éléments du champ des nouveaux médias: l’identité virtuelle, l’immersion, l’interactivité, le jeu vidéo, la mobilité, les écrans, etc. Après qu’il nous a montré l’image de l’évolution de l’homme qui se finit avec un homme assis en face d’un ordinateur; il nous a dit qu’il attend que les écrans disparaissent. Il prévoit alors une époque future pour ajouter à cette image de l’évolution. Je crois que l’idée d’hybridation de l’espace numérique et de l’espace tangible se trouve à la base de cette future époque qu’il imagine. Il a comparé les différences et les similitudes entre ces deux espaces:

L’espace numérique…………….L’espace tangible

espace immatériel                            espace matériel

prédictibilité                                      imprédictibilité

domaine fini                                      domaine infini

dimension univoque                        dimension équivoque

Il me semble que ses anciens projets vont lui permettre de les hybrider puis que d’un côté il a déjà une grande expérience de création des jeux. Et de l’autre côté, ses travaux sur la topographie/la navigation nous donnent une idée pour ses futures créations: il a préparé une carte interactive pour le festival d’Avignon et il a travaillé sur le paysage sonore et aussi sur l’altitude dans quelques autres projets.
Quand je réfléchis à l’hybridation de l’espace tangible et de l’espace numérique, ça me fait imaginer un mélange d’un jeu comme Street Wars et des nouvelles technologies, la navigation par exemple. Street Wars est un jeu dans lequel «chaque joueur a pour cible un autre joueur qu’il doit éliminer avec un pistolet à eau. Après inscription sur le site, vous recevez un contrat de la part de votre commanditaire et disposez de plusieurs informations sur votre cible: sa photo, son adresse, son lieu de travail et ses trajets réguliers. Une fois votre cible neutralisée, vous recevez un nouvel ordre de mission. Vous êtes également la cible de quelqu’un d’autre.» Ce que j’imagine, c’est un jeu plus compliqué que ceci, mais un jeu qui aurait un menu numérique et interactif avec une cartographie numérique et à plusieurs joueurs connectés.
En partant du projet de Boissarie, j’ai imaginé un jeu où la limite entre réel et virtuel devient trouble. L’artiste nous a dit que la ville, l’espace réel, sera le terrain de jeu mais on ne sait pas s’il y aura une transaction entre l’espace réel et l’espace virtuel. Je crois qu’il y aura une transaction entre ces deux espaces qui sera effectuée par un appareil (comme un smartphone ou un Ipad) et par notre cerveau. Je veux dire que l’appareil et le cerveau seraient  «les tuyaux» entre ces deux espaces. Une mélange de ces deux espaces changera des conditions de jeu; par exemple, la dimension immatérielle de l’espace numérique changera; on trouvera des signes ou des objets numériques dans les espaces tangibles. Nous allons nous profiter de l’imprédictibilité de l’espace tangible ou de l’infinité du domaine, etc. Bref, cette hybridation va assurer un rapprochement de ces deux espaces, et il y aura une interaction entre ces deux.

Tugce Oklay

* Gilles Deleuze, Différence et Répétition.
** http://www.streetwarslyon.fr, http://www.streetwars.net/?page_id=37, consulté le 6 juin 2011.