Carole Collet : Un textile naturant.

Carole Collet est fondatrice du programme de Master Textile Futures au Central St Martin College de Londres et aujourd’hui directrice du centre de recherche Textile Futures. En alliant le design et la science elle cherche à produire comme la nature. La pensée écologique est au cœur de sa recherche personnelle. Les mélanges de matières, les nouvelles ingénieries, les combinaisons de techniques tels que la nanotechnologie et la nourriture laissent imaginer une perspective nouvelle du design textile.
Très proche de la nature, elle pose les questions du design durable et écologique. L’industrie textile génère beaucoup de pollution et c’est pour cela qu’elle collabore avec des scientifiques pour faire naître de nouveaux projets en accord avec ses principes. Pour ce faire, Carole Collet travaille de deux manières différentes. L’une écologique par rapport au mode de fabrication actuel des produits et l’autre en faisant du design spéculatif en collaboration avec des chercheurs sur le design de demain.
Parmi ses élèves, beaucoup ont su faire preuve d’ingéniosité en matière d’innovation. Marin Sawa a imaginé un textile fabriqué à partir d’algues et qui aurait la capacité d’absorber le Co2. Une autre étude permettrait de rendre le bois fluide, à base de déchet de bois dont la propriété serait d’isoler un maximum les vêtements.
Cette approche qui consiste à se servir de la nature et à apprendre d’elle, Carole Collet l’appelle la biomimicry. Elle cherche à rendre les matériaux intelligents en se servant des nouvelles technologies et en nous permettant de vivre en harmonie avec la nature. Pour ce projet elle à créé un workshop qui consistait à contrôler les textiles grâce à la technologie photovoltaïque. Plusieurs idées sont nées de cette réflexion à but écologique tel que le papier peint qui filtre l’air, —plus il y a de pollution plus le papier peint est actif—, ou encore l’invention de Suzanne Lee, un tissu 100% biodégradable à base de bactéries.
Carole Collet travaille en collaboration avec John Solston sur une cellule suicidaire. En étudiant les principes biologiques de la nature, peut-être parviendrons-nous à dépasser le stade de textile technologique pour un textile intelligent organique. Dernièrement, elle se penche sur l’architecture des plantes et explore les végétaux ayant un aspect textile. Pourquoi pas une plante productrice de dentelle?

Marie Giannetti