Carole Collet. Un design du futur, entre science et poétique

Carole Collet, par la présentation de ses recherches personnelles et de projets d’étudiants en Master «textiles futurs», nous éclaire sur les enjeux du bio design. Elle questionne constamment les relations entre science et design pour un développement durable de façon à mener en quelque sorte une réconciliation entre les technologies et l’écologie.
Son approche du design textile intègre tant des notions de design industriel que l’exploration d’un langage sensible et poétique. Elle distingue deux types de fonction dans son rôle de designer textile:

  1. Élargir le domaine du design par l’approche textile. Favoriser une démarche hybride et un mélange de plusieurs secteurs afin d’entretenir une approche ouverte. Garder un savoir-faire et un procédé de création à préserver.
  2. Mener en parallèle des recherches personnelles quant aux textiles intelligents du futur, toujours dans une optique écologique.

Son investissement dans ce domaine professionnel n’est pas né du hasard. En effet, Carole Collet fut très proche de la nature étant enfant. Il faut d’autre part savoir qu’une grande part de la pollution actuelle est due aux textiles. C’est donc naturellement qu’elle fut sensibilisée et responsabilisée par les problématiques écologiques. Elle insiste sur le fait que les designers textiles doivent avoir en conséquence un rapport éduqué quant à l’écologie.
Le textile selon elle est avant tout «une peau intelligente», mais elle préfère laisser la définition ouverte de façon à permettre une constante évolution et modification des paramètres pour le futur. Elle expose en revanche une idée du design écologique plus précise: Il peut réagir face à des phénomènes écologiques constatés dans le quotidien pour y apporter des réponses. Souvent, ce type de design écologique apprend, s’inspire et imite l’intelligence de la nature grâce l’utilisation de matériaux intelligents. C’est un design qui cherche le juste milieu entre le contrôle humain et le contrôle naturel.
Le design écologique peut aussi être axé sur le travail avec des entreprises qui essaient vraiment de nous pousser vers le futur. Cela implique la collaboration avec un panorama d’experts. Cette confrontation des extrêmes provoque une richesse certaine. Enfin, le design écologique peut mener des recherches sur comment communiquer sur l’énergie, comment illustrer et permettre de visualiser ces données si abstraites à l’esprit. Il apparaît que le travail de collaboration avec des ingénieurs n’aboutit pas forcément à des réponses, mais l’essentiel est déjà de poser les questions. La science, la culture et les changements sociaux influent sur le design, il semble donc logique d’instaurer un dialogue fluide et un échange des savoirs entre les disciplines.

Toujours dans cette volonté de dialogue entre design et science, les dernières recherches personnelles de Carole Collet interrogent la possibilité de produire comme la nature le fait. Dans cette optique, elle développe des projets de communication qui s’inspirent des procédés scientifiques comme celui du suicide cellulaire notamment.

Aurélie Foix