Xavier Boissarie : expérimenter la réalité virtuelle

Xavier Boissarie est concepteur, réalisateur et développeur multimédia. Il est aussi le fondateur de Orbe, une société qui crée des dispositifs de technologie numérique impliquant le corps, et qui travaille la géolocalisation.
Lors de la conférence du 6 avril, Xavier Boissarie est revenu sur son parcours professionnel, c’est-à-dire environ quinze années de pratique du numérique. Il a commencé par travailler les images de synthèses à travers la conception de jeux vidéo. Mais très vite, il éprouve le besoin d’intégrer ces images dans l’espace et dans le temps. Une question l’obsède alors: «pourquoi a-t-on plus de facilité à se projeter dans le monde virtuel que dans le monde tangible?». Les jeux comme World of Warcraft font fureur, mais ils obligent les joueurs à rester assis des heures durant devant leur ordinateur. Une importante partie de leur corps n’est pas sollicitée, et c’est cela qui pose problème à Xavier Boissarie.
Il va alors essayer de ramener les gamers à la réalité en s’intéressant davantage aux jeux qui ont un pied dans la réalité: les ARG (= alternate reality game). Il y a toujours une part de virtuel, mais l’espace de jeu devient réel; on se déplace dans la ville pour conquérir des cases. Xavier Boissarie travaille actuellement sur le développement de deux ARG où il s’agit pour l’un de (re)découvrir un quartier, une ville par le jeu, et pour le second d’avoir une autre relation avec les transports en commun.
Pour nous faire vivre des expériences autrement que devant notre ordinateur, Xavier Boissarie travaille également la réalité augmentée, et notamment la réalité augmentée sonore. Pour lui, les écrans fixes deviennent obsolètes, au profit des écrans mobiles et du son; et même les écrans mobiles seraient amenés à disparaître… Il souhaite une marginalisation des écrans car ils réduisent notre champ d’expérience. Les pratiques doivent évoluer pour nous apporter des expériences nouvelles. Dans quelques années, l’écran aura peut-être disparu, et sera remplacé par des lunettes, ou même un implant, ose penser X. Boissarie. Ces idées ne sont pas sans rappeler la 36e conférence de l’ODNM où Etienne Mineur assurait que dans quelques années «notre téléphone portable sera intégré à la manche de notre chemise».
Sommes-nous prêts à quitter notre écran d’ordinateur pour vivre de nouvelles expériences? Pour un avant goût, et pour découvrir le travail de Xavier Boissarie, rendez-vous dans le 19e arrondissement (autour du 104) avec l’application Memoria sur Iphone ou les 24 et 25 juin 2011 à la Gaité Lyrique (projet Ensadlab).

Julie Pissot