Eléonore Saintagnan : ses outils magiques

Eléonore Saintagnan, une jeune artiste qui s’inspire du quotidien pour réaliser ses œuvres, son principal outil est la vidéo mais étrangement dans son œuvre, Portraits flamands, elle détourne cet outil de son utilité essentielle, pour l’utiliser comme un immobilisant et donc un appareil photo. Elle réalise une performance inhabituelle avec seule contrainte pour les modèles ne pas bouger devant la caméra durant cinq minutes ce qui apparaît très difficile. Le plus exceptionnel dans cette œuvre c’est le choix de ses portraits, ils sont banals mais en même temps incitent à la curiosité en voulant en savoir plus sur ces gens et leurs quotidiens.

L’artiste s’éparpille dans ses réalisations mais on reconnaît un point commun dans toutes ses œuvres qui est le banal ou encore le simple qu’on retrouve dans Film abécédaire, Mathias, bien que le simple ne soit pas le plus accrochant mais c’est la divergence entre la réalité et ce qui est filmé.

Eléonore Saintagnan intervient dans la réalité pour créer, elle puise du vécu de ce qui l’entoure pour arriver à une finalité artistique, elle n’hésite pas à aller vers les autres pour accomplir son travail. Les rencontres sont les bases de son travail, elle l’utilise dans différentes œuvres sous multiples formes, par exemple avec Chute magyare, on retrouve une forme de rencontre paradoxale entre le texte et son lecteur.

Hye-jin Shin