-- La figure dans le paysage (Paris 8) » « unrelated yet interesting »

Posts Tagged ‘« unrelated yet interesting »’

Agenda-VENDREDI!!! electronic music pioneer Eliane Radigue @ Fresh Hell

Article publié le : Mardi 23 novembre 2010. Rédigé par : Andra Chitimus

!!!!! la serie s’appele Les jeudis du Fresh Hell mais cet truc est VENDREDI!

Apres voir la serie « 9 Evenings: Art+Engineering » sur les experiments en NYC en ’66 entre art plastique/performative et son, j’ai pense que ca peut vous interesser , en vous donant aussi l’ocassion de voir/revoir Fresh Hell , un expo assez bien.

event page

Voila le texte sur la manifestation que j’ai recu d’un tres bon comissair de l’art sonore qui organise des evenements super bien

Éliane Radigue

ADNOS II, 1979, ARP 2500, diffusion par la compositrice – 72 min

Il n’a jamais été aisé de « ranger » le travail d’Eliane Radigue : compositrice minimaliste au royaume du post-sérialisme et de la musique concrète, elle creuse pendant plus de 30 ans un sillon électronique vierge entre deux pôles jusqu’alors distincts (la stase chez La Monte Young/Phill Niblock/Tony Conrad et le processus graduel chez Philip Glass/Steve Reich), avant d’exclusivement se consacrer depuis 2004 à la composition acoustique au moment même où jamais autant d’œuvres inédites de son répertoire « archéologique » pour bande puis synthétiseur ARP 2500 n’ont fait l’objet de parutions.

Il en va ainsi comme d’une métaphore de son travail méticuleux de composition, que l’on pourrait appréhender à l’aune de l’idée de « décalage perceptif » : musique oscillant entre plusieurs tonalités, au travers laquelle le temps s’éprouve dans toute son élasticité, elle met constamment en jeu l’auditeur qui, lorsqu’il entend un changement s’opérer dans le lent cheminement sonore qui lui proposé, comprend que celui-ci a commencé bien avant qu’il ne le perçoive. Ascétique mais généreuse, spirituelle mais non rituelle, la musique d’Eliane Radigue dessine un espace de méditation aux portes duquel le corps s’efface.

De ce point de vue, Adnos II (que l’on pourrait supposer faire référence au grec αδνος : « saint », à l’origine du prénom Ariane, la « très sainte ») est une pièce-pivot dans le répertoire d’Eliane Radigue puisqu’il s’agit de la première œuvre achevée après sa conversion au bouddhisme, au sortir d’une retraite de près de trois ans, le pilier central ce qui peut être considéré comme la trilogie la plus ancienne de la compositrice. Diffusé pour la première fois en 1980 à Mills College (Oakland), Adnos II est donc joué ce soir exactement 30 ans après sa création.

Adnos II condense en lui bien des qualités déjà évoquées. Mais il me semble que sa richesse d’écriture (du tissage savant d’arcs et de courbes sonores au déphasage de pulsations) met à mal, plus que d’autres pièces encore, certaines idées reçues quant au caractère supposément statique d’une musique « infiniment discrète » (Michel Chion). Au terme de 72 minutes, l’auditeur aura accompli un long voyage intérieur, guidé par un fil d’Ariane : la musique intérieure que les sons d’Adnos auront su suggérer en lui.

Maxime Guitton

La diffusion d’Eliane Radigue (programmée à 20h) sera précédée à 19h30 d’une performance de Lucyandbart [AUS,NL]

Infos pratiques
Palais de Tokyo
13, ave du Président Wilson, 75016 Paris
m° Iena +33 (0)1 47 23 54 01
Réservation : jeudis@palaisdetokyo.com

voila aussi quelques videos sur elle
eliane radigue interview

adnos I

et aussi un video de quelqu’un sur youtube qui utilise un piece de The Lappetites, un all experimental electronics girl supergroup (Radigue+AGF+Kaffe Matthews+Ryoko Kuwajima)
lappetites music