Des hommes et des dieux

Une projection d’un documentaire intitulé Des hommes et des dieux(2002),  réalisé par Anne Lescot et Sophie Magloire a été projeté le 6 février 2010 au musée Dapper, suivi d’un débat en présence d’Anne Lescot. Ce film dépeint le quotidien d’un groupe d’amis, des masisis (travestis) en Haïti, et il dévoile  en parallèle leurs rapports au vodou. Encore plus que dans nos sociétés occidentales, il n’est pas facile d’être Masisis en Haïti. Honte à ceux qui voudraient s’adonner à ce genre de pratiques.
Or, à travers ce film, on découvre que, paradoxalement, un univers parallèle coexiste. Dans les rituels vodou, les masisis peuvent être eux-mêmes, se montrer, s’habiller avec des tenues féminines ou bien se maquiller. L’ acceptation d’un membre ne se fait pas en fonction de ses affinités sexuelles ou de son sexe, et dans ce rite il n’y a pas de jugement dernier. L’homme est jugé en fonction de ce qu’il fait pour la société (sorte de graduation, le plus important des statuts étant le hougan ou la mambo, prêtes ou prêtresses). Alors que certains se disent masisis par la réclamation ou la punition d’un Loa (esprit), d’autres pensent que c’est impossible car l’adepte vodou ne peut être continuellement sous l’emprise d’un esprit. On peut supposer que le fait de se dire réclamer par un esprit est une justification face au refus de la société.
Je pense, que ce film est très intéressant car il démontre que le vodou haïtien est l’une des rares religions à accepter l’homosexualité. Anne Lescot et Sophie Magloire n’ayant pas eu de grands moyens au départ nous emmènent d’une façon remarquable dans un univers particulier et complexe, tout comme l’est le vodou haïtien par ses paradoxes.
Enfin, durant le débat, on a pu apprendre que ce film a soulevé quelques polémiques à sa sortie en Haïti, car pour certains, celui-ci montrait une image impure et néfaste du vodou.  Puis, au fil des interventions du public,  j’ai remarqué qu’encore beaucoup de gens avaient tendance à vouloir assimiler  le vodou haïtien à celui du Bénin. Il faut savoir que bien que le vodou haïtien provient de celui du Bénin, il n’a plus grand chose à voir avec celui-ci. L’une des particularité du vodou est justement sa capacité à adapter d’autres coutumes et rites à l’intérieur même de celui-ci, c’est ce qui c’est passé durant la colonisation pour les esclaves de l’ île. Il existe des multiples variations de vodou en Amérique latine et en Afrique, le point de similitude est leur structure de base ( construction de l’ espace: le péristyle et l’autel par exemple), or elles ont toutes évoluées un peu différemment. Je pourrais vous en parler en détail, d’autres articles sur le vodou haïtien sont à venir.

http://www.dailymotion.com/videox31ido

Des hommes et des dieux, Anne Lescot et Sophie Magloire, Haïti,2002, 52 min.