Saint-Denis, le brut I, II

Je suis allée voir le Quartier du Landy  à  Saint-Denis , avec une petite caméra.
Comme ça, juste pour voir
comment la caméra y rencontre les choses, les inconnus, l’air, le rêve, etc.
J’avais tout simplement envie de voir ce Saint-Denis sans figuration ni défiguration.
Qu’est-ce que je fais? Je songe à un documentaire en devenir.
J’étais comme une automate guidée dans l’espace en chuchotement :
ses réalités urbaines, ses déplacements, ses errances, ses territoires de vie…
J’ai pensé à Dziga Vertov qui, avec une caméra-oeil, voulait explorer le visage inconnu des choses, et rêvait démesurément de la révolution esthétique au service de la Politique.
Je suis pourtant pour une caméra au mode très singulier : minimal dans son contenu, radical dans sa forme…