L’hypothèse des plaques tournantes en psychogéographique

«Natifs ou immigrés, visiteurs d’un jour ou résidents d’une vie, usagers par plaisir ou par nécessité, [les Parisiens] sont trop occupés à composer le mouvant visage de la ville pour réfléchir à sa forme. [...] il s’agit pour eux d’habiter l’époque, plutôt que de l’interpréter ou de la transformer. En cela, sans le savoir ni s’en soucier, ils sont devenus situationnistes: du moins ils suivent ce que Guy Debord appelait les “pentes psychogéographiques de la  dérive” et participent à la “localisation des unités d’ambiance”.» Emmanuel  Wallon, «Scène-sur-Seine, Géographie culturelle d’une capitale».  Télécharger le texte en pdf

Notre dérive situationniste du 18 février 2009, s’est délibérément placée sous le signe de l’expérience de «l’hypothèse de la plaque tournante en psychogéographique» dont l’un des modèles architecturaux est  la Rotonde de la Villette et à partir de laquelle nous avons débuté notre déambulation le long du bassin de la Villette, puis du canal de l’Ourcq. Nous avons décelé une suite possible de cette plaque tournante sous quatre autres figures:  les anciens magasins généraux, le Parc de la Villette, ses Folies et  sa bicyclette surdimensionnée ensevelie dans le sol, les Grands Moulins de Paris.

Les cinq plaques tournantes  (les images sont sur les sites choisis)

1. La Rotonde de la Villette de  Claude Nicolas Ledoux (1789)
http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?id=s0013066

2. En face sur le  bassin de la Villette
un bâtiment regroupant un hôtel 3 étoiles, une auberge de jeunesse et un restaurant de Philippe Chaix & Jean-Paul Morel (2004-2008), (reconstruction d’un des deux anciens bâtiments des Magasins généraux construits entre 1845-1853 et détruit par un incendie en 1991)
http://www.pavillon-arsenal.com/videosenligne/collection-2-155.php
http://chaix.morel.free.fr/
et son jumeau  (restauré à « l’identique ») (historique dans le contexte des réaménagements urbains du 19e arrondissement de Paris)
autre réalisation de Philippe Chaix & Jean-Paul Morel: Bureaux Landy, Saint-Denis, 2006

3. Puis dans le Parc de la Villette
les Folies de Bernard Tschumi
«un superbe exemple de sociocréation philosophique du futur en action, de l’art conçu comme un planning social à ouverture totale.»
http://www.kmtspace.com/tschumi2.htm

4. The Sunken Bicycle de Claes Oldenburg (1990), dans l’herbe, près d’une des Folies
http://courses.umass.edu/latour/2007/nickerson/index.html (Parc de la Villette, Tim Nickerson,  Department of Landscape Architecture and Regional Planning, University of Massachusetts, Amherst

5. Les Grands Moulins de Pantin revus par l’agence Reichen et Robert & Associés, Pantin, France, 2001-2009
http://www.reichen-robert.fr/ >Liste des projets. >Ensemble de bureaux.
«Pragmatique, l’architecte a déclaré qu’il “ne s’agissait pas de faire ici un musée de la meunerie, mais de caser 25 000 m² de bureaux”. .. les éléments concernés par la destruction ont été des parties récentes, peu intéressantes au niveau architectural, et permettent de “dégager la silhouette caractéristique des Moulins”. Les silos disparaissent, les passerelles continuent d’enjamber le site, les façades sont transparentes du côté du canal de l’Ourcq, ouvertes sur deux grands atriums. Le transbordeur deviendra une médiathèque. Les nouvelles constructions “en lames” seront reliées aux anciens bâtiments par des passerelles. L’un d’eux sera même intégré en partie à la façade de l’ancienne boulangerie. Cette opération, plus que la mise en valeur du patrimoine industriel, a pour objectif de retisser les liens entre Paris et Pantin, séparés par le périphérique. Le projet sera desservi par le tramway. Avec la création de deux ZAC, la construction de logements et la transformation d’autres grands ensembles industriels comme l’ancienne Halle aux cuirs, Pantin entre en pleine mutation.»
Reichen et Robert & Associés travaillent aussi sur la plaine Saint-Denis, Quartier du Landy, (suite dans notre prochaine promenade..). Ce sont eux qui ont réhabilité la Cité des Sciences et de l’industrie de La Villette…

5 bis. Entre-aperçu mais pas vraiment vu au bord du canal de l’Ourcq à proximité de la mairie de Pantin (à cause du logo étrange sur le toit) le site  du Centre national de la danse.
Réhabilitation du Centre administratif de Pantin construit par Jacques Kalisz (1972)__—mastodonte en béton brutaliste— , par Antoinette Robain et Claire Guieysse (vidéo d’une conférence au Pavillon de l’Arsenal

6. Puis un désert architectural (par manque d’attention sans doute) jusqu’au carrefour «trop humain» des 4 chemins… A imaginer un autre café sur le carrefour des 4 chemins…. une extension cafétaria des Laboratoires d’Aubervilliers sur ce carrefour…

PS: Il reste à expliquer cette notion de plaque tournante plus précisément…. La dérive situationniste comme promenade architecturale ciblant les bâtiments contemporains collectifs.

LT