Noncartographie

« Pas de début/Pas de fin/Pas de direction/Pas de durée – La vidéo comme esprit. » – Bill Viola

1. La cartographie

L’espace réel, c’est une constitution mélangée. On peut échantillonner plusieurs de couches de la réalité. Comme la Terre est ronde, la réalité est sans centre ni frontière. La cartographie désigne la réalisation et l’étude des cartes. Le principe majeur de la cartographie est la représentation de données sur un support réduit représentant un espace réel. Ceci se fait par une prise d’informations sur le terrain.
Tous les objets cartographiés correspondent à des objets du capitalisme industriel. Tous les éléments qui peuvent être échantillonnés peuvent devenir marchandise. Alors, la cartographique est une des formes favorites du capitalisme. Il semble que la cartographie soit neutre. On peut dire qu’elle est une technique sociale. Ou plutôt qu’elle est comme un instrument de «médiation entre la connaissance et l’action» (Jacques Lévy, 2003). D’après un article, «La cartographie au service de l’action publique» d’Emmanuel Martinais, l’emploi de la cartographie se définit en quatre points: 1. La carte comme dispositif administratif de simplification du réel. 2. La carte comme outil de communication et de verrouillage du champ social. 3. La carte comme outil de légitimation. 4. La carte comme instrument de gestion des risques industriels.
Chaque cartographie contient son propre objectif précis et clair et elle repose sur l’efficacité. En ce sens, les éléments de la réalité sont réduits, localisés sur la surface. Bien entendu, ils sont immobiles et intemporels car, si les éléments remuent, ils ne seront pas contrôlables. Egalement, la cartographie réduit efficacement le temps et l’espace de la réalité en un seul signifiant par rapport à son propre objectif.

 

2. Réalisation d’une noncartographie
Cogito ergo sum. Aujourd’hui on peut dire: habito ergo sum, car dans la société moderne c’est l’adresse qui compte plus que le nom d’un individu. J’habite, donc je suis.
Mais on ne s’arrête pas sur la philosophie de la localisation par rapport à celle de l’habitation. On s’est plus intéressé à «décomposer» ce concept utile, à «ouvrir» l’espace social, le champ social et à créer d’autres repères pour découvrir le monde.
Notre action est pour une antimarchandisation de la vie.
Nous volons produire une œuvre qui s’oppose à la cartographie. Elle est née dans la négation de la cartographie par laquelle nous abordons la réalité: constitution mélangée, sans centre ni frontière (déterritorialisation), subjectivité implicite (anti efficacité), profondeur (au niveau visuel et du contenu), déplacement chaotique, mobilité et temporalité. Ainsi se crée une chaîne de la métamorphose: Le Paysan de Paris de Louis Aragon – texte; cartographie – graphique; «noncartographie» – vidéo.

Nous proposons ici une vidéo expérimentale basée sur la noncartographie.

voir la vidéo

 

publié par Anuta VARSTA  et Sung-Jae KIM