Mobilité et reconfiguration urbaine. L’art des foules

Mobilisable. Mobilité et reconfiguration urbaine. Mercredi 3 décembre 2008

avec
Frank Beau
, chercheur et consultant, « Foule 2.0 : promesses et limites »
Christian Tarpin
, ingénieur civil des ponts et chaussées, « Innovations et mutations des mouvements de foule »
Session préparée et modérée par, Valérie Châtelet, architecte, qui associe à sa pratique une activité de recherche et d’enseignement ayant trait à l’impact des technologies numériques sur le projet architectural et urbain.

Une photographie pour introduire le sujet :

 


Manifestation du 10 juin 2008 contre la mobilité. Extrait de

Manifestation du 10 juin 2008 contre la mobilité

 

La mobilité fait donc partie intégrante de notre société. Mais parfois, les personnes, pour divers raisons, ne veulent pas être mobiles !

1ère intervention: Valérie Chatelet.

La mobilité: dans un premier temps, on part de la notion de déplacement avec les transports, les infrastructures routières. L’automobile est vue comme l’ennemi urbain numéro 1. Ensuite, on réarticule les offres des transports à partir des individus. Souvent porté par des acteurs: RATP… Vélib a été rendu possible grâce à des partages de données. L’automobile est un mode de transport qui doit être réarticulé à travers le reste. L’art des foules se trouve sur le web dans les smartmobs (lien: http://www.smartmobs.com), flash mob (mobilisation éclair) ou aussi dans l’alchimie des multitudes.

2e intervention: Christian Tarpin

Les infrastructures routières sont nées dans les années 1950. Lorsqu’on ne les gérait pas, cela fonctionnait mal. Cette problématique de l’ITS (Intelligent Transport System) se développe de manière très importante. Dans les années 1970/80: ce fut l’ère de prédication. Par la suite, dans les années 1990/2000: se mit en place l’économie de gestion due aux limitations des ressources. Aujourd’hui, c’est un monde sans contrainte. L’idéogramme chinois «crise» signifie à la fois le danger/le risque et aussi, l’opportunité. L’ITS pose aussi la question de l’information. Tarpin a eu l’idée des panneaux lumineux sur les périphériques indicateurs de la fluidité de la circulation. Six mois après la mise en place de ces panneaux, trop de gens se sont retrouvés à aller sur le périphérique donc à recréer des embouteillages !

 


Périphériques près de Paris, Mappy

 

Aujourd’hui on se déplace 7 fois dans la journée. Il y a 30 ans on se déplaçait 3 fois. On fait donc plus de choses aujourd’hui. Certaines personnes mobiles deviennent hyper-mobiles et d’autres sont exclues de la mobilité. A qui profite la mobilité de Vélib?

Y –a t-il un rapport entre ville et mobilité? Il y a des motifs contraints: le travail par exemple. Commet l’information peut–elle aider la foule à construire la ville en tant qu’œuvre d’art collective ? Le téléphone portable est un outil qui permet de grand mouvements de foules et ainsi, une grande mobilité piétonne.

I. la carte fait le territoire: elle permet d’obtenir des informations et aussi aux usagers des représentations du territoire. Le plan de la RATP fait le territoire.

Carte du métro de Paris

Ce que l’on peut remarquer c’est que la carte n’indique pas le temps. En effet, quand on regarde la station à laquelle on souhaite se rendre et celle de notre départ, on ne sait pas combien de temps on va mettre pour aller d’un bout à l’autre. La carte uniformise le plan, le temps.

Les Portulans sont les premières cartes.

Carte de l’Antarctique par Giorgio Calopodio en 1537

A la base, il n’y avait pas les outils technologiques pour «voir» le monde, le territoire et donc les représentations étaient «bancales». Une carte fait le territoire de manière subjective dans le sens où il y a des conventions… pourquoi, quand nous regardons une planisphère, le nord est-il en haut et le sud en bas? puisque la Terre tourne de toutes façons… Et pourquoi représentons-nous le monde «aplati et proportionné» dans les cartes de géographie? et pourquoi pas comme Peters? Mona Hatoum, dans la galerie Chantal Crousel en février 2008 en présentait une. La projection de Peters tente de rendre compte de la réelle surface des continents donc ces derniers sont déformés.


Projection de Peters

 

II. La banlieue. On s’y déplace en voiture, souvent seul ou alors en transport collectif. La voiture devient de moins en moins praticable. Il existe aussi des formes de modes de transports comme l’autopartage, le covoiturage. Il existe de nombreux sites qui mettent en rapport des gens pour ce type de transports (voir les liens). On va retrouver de la sociabilité. La foule est comme une œuvre d’art sociale.

Liens autopartage :
http://www.lilas-autopartage.com/
(Lille)
http://www.autopartage-provence.com/
(Marseille)
http://www.franceautopartage.com/
(France entière)

Liens covoiturage :

http://www.covoiturage.fr/

http://www.covoiturage.com/

3e intervention: Frank Beau

Il travaille sur la transformation des médias, le métro des échanges. Il se pose de nombreuses questions. Quel est l’impact du web 2.0 ? Tout le monde peut capter, diffuser et produire aujourd’hui.

L’espace public mobile 2+1 :


La foule

 


Internet

 

Qu’est-ce que la foule? La foule partage avec le groupe l’idée de proximité géographique et de quantité de personnes, mais possède en plus les attributs suivants : 1. conscience collective et 2. intelligence. La foule est un flux.

Le monde du hard est constitué par internet, les téléphones mobiles, les puces, les taggs. Celui du soft: les logiciels, les applications, les blogs, les marques et enfin celui du craft.Dans le monde du soft, l’on retrouve des plates-formes d’éditions et de stockage (youtube, flickr…), des réseaux sociaux (facebook, myspace) et des sites de mises en relation (dislelui, peuplade…). On y trouve aussi de nouvelles cartes (google maps) et calculs d’itinéraires (mappy, michelin..) .

Les liens:
Youtube http://fr.youtube.com/
Flickr
http://www.flickr.com/Facebook http://fr-fr.facebook.com/
Myspace
http://fr.myspace.com/
Dislelui
http://www.dilelui.com/
Peuplade
http://www.peuplade.fr/home/
Mappy http://www.mappy.fr/
Michelin  http://www.viamichelin.fr/viamichelin/fra/tpl/hme/MaHomePage.htm

De nombreuses vidéos ont été faites dans des lieux publics (métro, supermarché, rues…). Il y aussi des performances qui y ont été filmées. Le métro est un espace public important. Aujourd’hui, il y a de nombreuses représentations de cet espace. La technologie s’insère de plus en plus dedans: voir les panneaux publicitaires à la station Etoile ( articles parus dans de nombreux magazines).


Extrait du journal DirectMatin, mardi 2 décembre 2008

 

 

 


Extrait du journal Métro, mercredi 3 décembre 2008

Liens / Freeze:

http://improveverywhere.com/

 

Vidéo 1:
supermarket

Vidéo 2:
freeze

Tags: