-- La figure dans le paysage (Paris 8) » 2011 » janvier

Archives janvier, 2011

un livre d’images enfances

Article publié le : Mercredi 19 janvier 2011. Rédigé par : Rong Hu

Anne, L’exterieur est en laine vert  et l’ interieur est en facon de lien les photos et dessins, 20 pages , 20x20x3cm, 2010.

Je travail sur un volume d’image car je photographie les enfants . En condition d’utiliser le carnet d’un album, de faire les dessins en couleur , style naif, et de couper les photos d’enfant que j’ai pris ; Je retravaille la forme de les quels pour faire relier de dessin . Montré un espace imagine d’enfance, coloré, joyeux, naif … dans la chaque feuille  l’image qui répresente les differants histoires.

nice online magazine

Article publié le : Mardi 18 janvier 2011. Rédigé par : Andra Chitimus

un ami m’a envoyé le lien vers cette revue et je trouve que c’est très bien comme design et contenu aussi

http://www.perfectwavemag.com/

from nyc, bien sur

Peut-on qualifier le grafzine, le fanzine de « livre d’artiste » ?

Article publié le : Vendredi 14 janvier 2011. Rédigé par : Cindy Theodore

Mercredi 12 janvier, j’ai eu un véritable plaisir à écouter madame Lise Fauchereau. Malheureusement, son intervention fut trop courte à mon avis. Nous devrions peut-être lui rendre visite un mercredi ? Dans tous les cas, je vais essayer de reprendre ici quelques uns des points qu’elle a abordé. J’avais déjà parlé brièvement d’un livre qu’on m’avait offert, je vais développer cela.
Sylvie Boulanger nous a dit que les livres d’artistes avaient une durée de vie de 10 ans en moyenne. Cela signifiait que, ne se rendant pas compte du côté artistique du livre, ou bien ne s’y intéressant pas, des personnes s’en défont et finalement, il en reste un nombre restreint d’exemplaires, et c’est un véritable plaisir que de s’en faire offrir, que d’en trouver, que de se dire que nous sommes des privilégiés. La Revue d’arts, Noir et Blanc, que je considère comme un fanzine fait partie de ces livres d’artistes « inédits ». Nous y retrouvons un nombre impressionnant de choses intéressantes :  du copy-art, des dossiers d’écritures dessin /texte image, auto-interview, « les merveilles du monde actuel »,art postal, le « coin de photocopieurs »,  BD, linogravures…bref, un fourmillement d’idées et de références.
Elle nous a aussi parlé du Salon Fais-le toi-même
Et du site http://www.diyzines.com/, qui annonce des expos, des sorties de grafzines/fanzines…, des renseignements sur les nombreuses librairies/galeries s’intéressant  à ça

La particularité des grafzines :

«Le graphzine est un livre graphique sans texte, réalisé le plus souvent en photocopie, en sérigraphie ou en offset. Il est façonné à la main, en atelier, dans le salon ou sur la table de la cuisine, ce qui explique souvent son faible tirage et son prix peu élevé. L’objet lui-même est atypique, et assez troublant pour un bibliothécaire habitué à traiter des livres d’aspect plus traditionnel. En effet, ce magazine graphique n’est que très rarement paginé et régulièrement dépourvu d’auteur, de mention d’édition, sans parler de l’absence d’identifiant normalisé (ISBN : International Standard Book Number) ou de code à barres !» (1)

Un collectionneur nous fait partager sa collection en ligne. Site très riche, les auteurs sont classés, tout comme les maisons d’édition, différentes thématiques.

Bazooka, collectif très actif dans les années 1970, a produit de nombreux grafzines. Certains membres du groupes produisent encore. En 2004, arte s’entretient avec les membres Bazooka


bazooka production / kiki et loulou picasso, » les animaux malades n°2 / 1977-78 « 


bazooka production / kiki et loulou picasso,  » les animaux malades n°11 / 1977-78 « 

L’OdNM avait invité Annick Rivoire en octobre 2009 (2) qui nous avait présenté Poptronics. L’équipe a mis en place, Pop Lab, « Le pop’lab de poptronics, c’est celui des artistes invités à plancher sur un format hybride, mi-papier, mi-électronique, le pdf (pour Portable Document Format). Hybride comme les croisements qu’imagine poptronics, entre monde physique et cybermonde, entre net art et graffiti, théâtre et graphisme, musique et design, entre artistes et internautes. Un espace-temps création, à parution aléatoire, pour des rendez-vous que poptronics veut inattendus. (3)»

A vos crayons ! (ou tablettes graphiques)

Cindy théodore

(1) http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2009/02/23/des-graphzines-a-la-bnf/
(2) http://www.arpla.fr/odnm/?page_id=4255
(3) http://www.poptronics.fr/-pop-lab-

Il était une fois…

Article publié le : Jeudi 13 janvier 2011. Rédigé par : Rong Hu

« Il était une fois… », Création par Bebjamin Lacome, Edition du seuil, 2010

Les contes traditionnels dans de véritables tableaux en volume : Poucette ; Pinoceehio ; Madame Butterfly ; Le Petit Chaperon rouge ; Alice au Pays des Merveilles ; La barbe bleue ;La Belle au bois dormant ;Peter Pan.

« Benjamin Lacombe est un illustrateur français né à Paris en 1982. Il a écrit et illustré de nombreux livres. Il travail concerner du littérature jeunesse, de l’auteur, de l’illustration. Il a notamment travaillé avec Albin Michel, Barefoot Books (USA), Edelvivives (Espagne), Hemingway Korea (Corée), Milan, Max Milo, Sarbacane, Soleil, Walker Books (USA) et bien sûr le Seuil Jeunesse, éditeur avec lequel il a publié la plupart de ses livres. Benjamin expose régulièrement son travail. Il a entre autres été exposé dans les galeries : Ad Hoc Art (New York), L’Art de rien (Paris), Dorothy Circus (Rome), Maruzen (Tokyo), etc… »

 

Livres illisibles

Article publié le : Mercredi 12 janvier 2011. Rédigé par : Maria Beatriz Machado

D’après Claire Morel (Journée du livre d’artiste) et ses livres illisibles, en transformant l’écriture en image et donnant de nouveaux sens à l’objet, voici deux livres dont je me suis souvenue:

Libro Cancellato – Emilio Isgro, 1967  – Livre couvert a l’encre noir

Personne – Lucenne Cruz, 2009 – Livre effacé par gomme et lime et tachés d’encre noir.

A partir des pages-ruines, un nouveau paysage se dégage et deborde.

Nets, Jen Bervin

Article publié le : Mardi 11 janvier 2011. Rédigé par : Maria Beatriz Machado

J’ai trouvé par hasard a la Shakespeare and Co, le livre « Nets » de Jen Bervin, artiste et poète américaine. Dans ce livre, elle fait une sorte d’intervention sur une oeuvre déjà existant. En s’utilisant de l’esthétique du texte, avec deux différentes nuances du noir imprimé (le titre lui-même: sonnets), Jen reconstruit de nouveaux poèmes à partir des sonnets de William Shakespeare. L’artiste dit qu’elle a épouillé les sonnets, pour élaborer une espèce « d’étendre » d’espace du poème. Donc, il y a toujours un dialogue entre la construction plastique des mots et la partie sémantique et littéraire.

Jen Bervin a aussi fait d’autres livres d’artistes, comme « Desert », un livre-poème tout écrit par couture et plusieurs oeuvres d’art dont elle s’utilise toujours du dialogue entre l’image et le texte.

voilà son site:
http://www.jenbervin.com/

      

Regardless of history

Article publié le : Dimanche 9 janvier 2011. Rédigé par : Rong Hu

Bill woodrow, Regardless of history, Sculpture en bronze ,edition of 4, 2000-2001.

Bill woodrow, Regardless of history, Sculpture en bronze, 5.6 x 5.4 x 2.45 m, Trafalgar Square, London, 2000.

Bill woodrow, Regardless of history, Sculpture en bronze, 102 x 50 x 24 cm, edition of 10, 2000.

Dans un coté du Trafalgar square à Londres, l’artiste doit prendre son place sur le quatrième socle,  le maire de Londres organise et invité les artistes exposent leur œuvre de sculpture  dans ce banal socle une fois par ans. Leur œuvre devient la souvenir du square, pour le monde lequel est un lieu symbolique contemporain, le sens  de sculpture efface son propre valeur.Bill woodrow et son » Regardless of history », la sculpture en bronze est très souvent dans un lieu au publique.Il est artiste du 20e siècle qui ont traité le sujet de l’autoportrait,dans son  » Regardless of history »est en plus ajointer un grand taille de livre et la racine d’arbre.
Une œuvre comme monument même symbolise son répétition,  son double ou son exemplaire. Bill woodrow fait quelque édition de la même œuvre, ils se trouvent dans les différentes environements au public.

Francis Alÿs à Bruxelles

Article publié le : Samedi 8 janvier 2011. Rédigé par : Cindy Theodore

Code couleur#9, livre numérique

Article publié le : Jeudi 6 janvier 2011. Rédigé par : Liliane

http://www.centrepompidou.fr/codecouleur/9/#76

Moleskine et art.

Article publié le : Mardi 4 janvier 2011. Rédigé par : Seon kyung Son

Le « Moleskine » n’est pas simplement un cahier,  je pense qu’il consacre  à un livre d’art.

Les artistes utilisent souvent « Moleskine » comme leur cahier de travail. Le « Moleskine » invite et présente aussi les artistes pour montrer leur artwork.

http://www.moleskine.com/events/detour/artists/yang_yongliang.php

http://www.moleskine.com/events/detour/artists/zhang_yuan.php

De plus, ils ont organisé une exposition « Carnets d’inspiratioin+ »  au musée d’art moderne de la ville de Paris en decembre,

Malgré, c’est déjà passé, ça a l’air intéressant de regarder comment les cahiers deviennent un travail d’art.

A mon avis,  cela ouvre une recherche d’art au delà de cahier normal et de papier normale.

http://www.moleskine.com/about_us/news/carnets_dinspiration.php

ils ont fait aussi une vidéo avec le nouveau planificateur de « Moleskine » qui s’appelle « mini planner ».

Selon leur explication, la vidéo a été fait utilisant les nouveaux 15 petits planificateurs. les pages sont imprimés sur le site de Moleskine, coupées à la main ou à l’aide d’un coupeur de laser et collées à l’intérieur du planificateur à 25 images par seconde.

Image de prévisualisation YouTube

vous pouvez voir la processus de faire la vidéo.

Image de prévisualisation YouTube