-- La figure dans le paysage (Paris 8) » 2010 » novembre

Archives novembre, 2010

Cher papa noël…

Article publié le : Dimanche 21 novembre 2010. Rédigé par : Cindy Theodore

Voici ma liste de cadeaux que j’aimerai bien :

- un vidéo journal car c’est très tendance aujourd’hui

- une poupée avec une caméra intégrée (et elle a même  un écran dans le dos !)

Lettre au papa noël et photos (avec tél portable) : cindy t.

le pavillon des États-Unis

Article publié le : Dimanche 21 novembre 2010. Rédigé par : Jiacai Liu

Après ce que Cindy a dit par rapport à l’exposition universelle, Je dois parler des installations automatiques et de l’application multimédia dans le pavillon des États-Unis.

Lorsque nous sommes entrés dans le pavillon américain, j’ai été étonnée de ne voir aucun personnel apporter leur service aux visiteurs, alors qu’il était nombreux dans les autres pavillons. Pour cette raison,  j’ai examiné tout le parcours de ce pavillon, et j’ai remarqué que toutes les installations étaient automatiques. Quand on entrait dans un espace, on ne pouvait pas retourner ou avancer dans un autre espace, on devait d’abord terminer la visite de cet espace afin de pouvoir passer au suivant, mais impossible de revenir en arrière. Chaque porte entre les espaces est entièrement automatisée. Ensuite, il y a des écrans multimédias pour raconter la paix, les enfants, l’environnement dans le monde etc.. Évidemment, les techniques modernes jouent le rôle principal dans le pavillon américain (voir ci-dessous les photos que j’ai prises en septembre 2010).

l’extrait d’un espace du pavillon des États-Unis : Les visiteurs sont devant l’écran multimedia du premier espace.

la porte entre les espaces dans le pavillon des États-Unis

des extrait du vidéo multimédia dans le  pavillon des États-Unis

les drapeaux des pays du monde devant la sortie de l’exposition universelle

Offprint Paris

Article publié le : Vendredi 19 novembre 2010. Rédigé par : Wei-Wen Pan

Salon de livres photo jusqu’à dimanche!

Offprint Paris is an artist book fair dedicated to photography publications. Focusing on independent publishing companies, Offprint aspires to be a meeting place for Artists, Photographers, Graphic designers, Curators, Artistic directors, Journalists, Collectors… who deal with « printed » photography: books, magazines, zines, prints. Entrance is free / Entrée gratuite.

http://www.offprintparis.com/?page_id=708

Espace Kiron, 10 rue de la Vacquerie, 75011, Paris.

http://www.offprintparis.com/?page_id=2265

nouvelle forme de livre

Article publié le : Mardi 16 novembre 2010. Rédigé par : Seon kyung Son

je vous propose de regarder le web comme nouvelle forme de livre.

http://www.wooszoo.com/

32- first book- 0.1.2.3…
il est designer et illustrateur… hongkongais, il a fait beaucoup de choses sur son site, mais je vous propose surtout regarder « 32″ chaine- first book- 0.1.2.3..

et aussi, le site web de  Julian Opie
http://www.julianopie.com/
il utilise une forme de livre pour son site, et je trouve que c’est intéressant de regarder un web-site comme nouvelle forme de livre.

Jacques Derrida en 1 minute

Article publié le : Mardi 16 novembre 2010. Rédigé par : Liliane

Exposition universelle de Shangai 2010

Article publié le : Dimanche 14 novembre 2010. Rédigé par : Ophélie Payen

J’ai eu l’occasion de visiter l’exposition universelle durant mon voyage en Chine en octobre. Cette année le thème était « Meilleure ville, Meilleure vie », elle se déroulait donc dans la ville de Shangai du 1er mai au 31 octobre 2010.  L’infrastructure est immense, les chinois ont mis en place de nouvelles lignes de métro pour pouvoir accueillir les visiteurs par milliers. L’exposition se divise en 5 continents où l’on peut visiter plus de 242 pays, les pays étant les plus visités cette année ont été la Chine, l’Australie, l’Angleterre, l’Espagne et la France. J’ai eu l’occasion de passer une journée dans l’exposition. C’est immense, une journée n’est d’ailleurs pas suffisant pour tout visiter.


Entrée de l’exposition. Pour certains pavillons il faut faire la queue pendant des heures pour pouvoir accéder à l’intérieur, on se croirait presque dans un parc d’attractions.


Pavillon de la Suède


Pavillon français


Vue du pavillon allemand et polonais par l’intérieur du pavillon suisse :

J’ai pu visiter 3 pavillons, le français, le Suisse et le Chinois. Cette exposition m’a laissée assez perplexe. Des pavillons que j’ai pu visiter aucun ne va vraiment « éblouie », l’aspect extérieur de chaque pavillon cependant était très beau.J’ai beaucoup apprécié l’architecture du pavillon suisse et polonais. Les Chinois ce sont également surpassés pour montrer toute la beauté de la chine en un seul bâtiment.


Pavillon chinois


C’est la mascotte de l’exposition, il a la forme du caractère 人 (Pinyin : rén)  qui signifie «être humain» ou «humanité» en chinois . Ce petit personnage a été propulsé au rang de star par les enfants chinois car il représente l’avenir écologique du pays.

salon « L’autre livre » du 11 au 14 novembre

Article publié le : Samedi 13 novembre 2010. Rédigé par : Caroline Lebel

L’autre LIVRE organise le 8e Salon des éditeurs indépendants du 11 au 14 novembre 2010 à l’Espace des Blancs Manteaux, 48 r vieille du Temple, PARIS 4ème (M° Hôtel de ville).

Ce salon fait découvrir, sur 1 000 m² au cœur de Paris,
les livres de 150 éditeurs français ou étrangers dont la production originale contribue activement à la « bibliodiversité ».

5 000 visiteurs recevront le catalogue détaillé des maisons présentes, le journal du salon ainsi qu’un badge pour la défense de l’édition indépendante et un marque-page de L’autre LIVRE

http://www.lautrelivre.net/

Agenda

Article publié le : Jeudi 11 novembre 2010. Rédigé par : Laura Bayod

_ Dimanche 14 novembre 2010 de 14h30 à 18h15 
: Colloque organisé par les Gens d’Images autour du livre de photographie.
(Le Cloître Ouvert 
222, rue du Faubourg Saint Honoré 
75008 Paris.)


14h30 : Ouverture par Nathalie Bocher-Lenoir, présidente de Gens d’Images, et Gaëlle Mauduit, déléguée générale du Prix Nadar. 

Session 1 : (1h30)
Le livre de photographie d’aujourd’hui et de demain
Quelles sont les conditions de production d’un livre de photographie aujourd’hui ? Comment la conception d’un livre de photo a évolué en terme de maquette et de mise en page ? Quelles perspectives les technologies numériques offrent au livre de photographie ?
Modératrice : Nathalie Belayche, commissaire d’exposition indépendante, critique. 

Intervenants:
Patrick Rémy, directeur des éditions Steidl France. Nata Rampazzo, fondateur des éditions Mille et une nuits, directeur de Rampazzo et associés, agence de conception éditoriale et graphique. Jean di Sciullo, président fondateur des éditions Democratic Books. Patrick Tourneboeuf, photographe, membre du collectif Tendance Floue. Didier de Faÿs, directeur de Photographie.com.
Questions/échanges avec le public 
Pause : 30 mn

Session 2 (1h30)
Le marché du livre de photographie de collection
Comment est né ce marché ? Quelles sont les caractéristiques des livres les plus côtés ? Qui sont les principaux acteurs de ce marché ?
Modérateur : Dominique Sagot-Duvauroux, professeur à l’université d’Angers, directeur du GRANEM, membre du comité directeur des Gens d’images. 

Intervenants:
Françoise Paviot, galeriste et enseignante à l’IESA. Frédérique Destribats, collectionneuse. William Ewing, commissaire d’exposition et chargé des projets spéciaux des éditions Thames&Hudson. Antoine de Beaupré, libraire (Librairie 213).
Questions/échanges avec le public. 
18h 15 : cocktail

_ Vendredi 19 novembre de 10h à 17h : Rencontres autour de l’édition photographique latino-américaine : Fragments d’un état des lieux :

(La Maison de l’Amérique latine
217, Boulevard Saint-Germain 
75007 PARIS)
Avec : Gabriel Diaz (www. fotografosargentinos.com), Cassiano Alek Machado (editora.cosacnaify.com.br), Alfonso Morales (www.centrodelaimagen.conaculta.gob.mx), Ramón Rerverté (www.editorialrm.com), et Paulo Slachevsky (www.lom.cl).

Flash Back sur les livres d’artistes pour enfants

Article publié le : Mercredi 10 novembre 2010. Rédigé par : Cindy Theodore

Durant l’intervention de Nana Omi, j’ai été captivée par les livres dont elle nous parlait. Ainsi, elle nous montrait des livres d’artistes pour enfants. Mais finalement, ces livres sont-ils véritablement destinés aux enfants ? En effet, tous ces livres sont précieux. Nous, adultes, nous les choyons, en prenons soins…parfois on doit même porter des gants pour ne pas les abimer. Nous en achetons alors 2 versions, l’une pour les enfants (qui les utiliseront) et une autre pour nous même, pour se faire plaisir, pour redevenir enfant ? Le livre d’artiste pour enfant permet sans doute aux artistes qui les réalisent une certaine liberté car ils peuvent presque tout se permettre, aussi bien dans les graphistes que dans les histoires. Pour de nombreux livres d’artistes pour enfants, il y a des images mais pas (ou très peu) de textes. C’est alors que l’imagination prend le dessus. Cela permet aux enfants de se raconter des histoires et aux adultes de s’en imaginer aussi. Les adultes et les enfants sous aussi admiratifs du livre d’artiste. Comment un artiste a pu avoir ce genre d’idée ?

On a pu constater que les livres pour enfants sont réalisés par des artistes de tous pays.

Ainsi le livre illustré a une fonction pédagogique. C’est un outil d’apprentissage. Nous pouvons donner comme exemple : les Histoires en images sans paroles à raconter par les petits de Fernand Fau et Fernand Nathan (paru en  1902) sans oublier les albums du père Castor , qui ont commencé à paraître en 1931

Les artistes s’intéressent donc à la mise en page, aux jeux, aux couleurs…

Les anglo-saxons et les allemands  se sont intéressés aux  livres d’artistes pour enfants.

Bibliographie :

David Lewis, Reading Contemporary Picturebooks : Picturing Text, Routledge Falmer, 2001 ;

Maria Nicolajeva, Carole Scott, How Picture Books Work , Routledge, 2001 ;

quelques extraits iconographiques :

Perry Nodelman, Words About Pictures : The Narrative Art of Children’s Picture Books, Georgia University Press, 1988 ;

Ellen Handler Spitz, Inside picture books, Yale University Press, 1999 ;

Jens Thiele, Das Bilderbuch : Ästhetik, Theorie, Analyse, Didaktik, Rezeption. Isensee, 2000 ;

Voir aussi l’article : Les albums sans texte sont de grands bavards

CT

gps data logger

Article publié le : Mercredi 10 novembre 2010. Rédigé par : Cindy Theodore

Suite à quelques interrogations de la part d’étudiants lors de mon intervention, voici ce qu’est un gps data logger (en photo).J’ai un i-gotU, il est très bien.

le gps data logger relié à l’ordi, ct

gps data logger au poignet.

Le gps peut s’utiliser à peu près sous n’importe quel temps (sauf si c’est vraiment très couvert). Il faut le placer au poignet (quand il fait chaud c’est assez désagréable, on peut le mettre sur notre sac à dos par exemple).Une fois allumé, il est connecté aux satellites et enregistre le déplacement. Une fois de retour chez soi, on peut transférer les données sur l’ordinateur. Il faut bien sur une connexion internet car, i-gotU met le tracé via google earth.

cindy théodore