-- La figure dans le paysage (Paris 8) » 2010 » mai

Archives mai, 2010

Recto Verso, une réflexion sur le Landy

Article publié le : Lundi 10 mai 2010. Rédigé par : Hui Li
http://www.vimeo.com/11621189

Playing for Change

Article publié le : Dimanche 9 mai 2010. Rédigé par : Fernanda Tafner

« Playing for Change » est un mouvement multimédia qui a comme but promouvoir la paix dans le monde à travers la musique. En utilisant un studio d’enregistrement mobile de qualité, ils voyagent au monde en enregistrant plusieurs musiciens qui chantent et jouent une même chanson. Les morceaux sont alors compilés et le résultat est une extraordinaire harmonie dans le mélange de voix et de sons produits par les plus diversifiés instruments.

Le site du mouvement :

http://www.playingforchange.com/

Le documentaire :

Image de prévisualisation YouTube

Quelques chansons :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Mentalgassi Art Urbain

Article publié le : Dimanche 9 mai 2010. Rédigé par : Olga Aliksandrovska

A Berlin Mentalgassi, équipe de creation, est connue dans toute l’Allemagne par son inhabituel projet d’art urbain. Même les objets les plus ordinaires et laids dans la ville deviennent attrayants quand ils sont touchés d’ un coup de baguette magique comme une force créatrice par Mentalgassi. Comment décorer les poubelles? L’équipe allemande créatrice est venue pour couvrir la forme ronde des bennes urbaines géantes et disposer des autocollants à l’image de personnes! Chaque fois que vous marchez dans la rue, il semble que le regard géant vous regarde et vous poursuit et vous demande si vous respectez le règlement. Il est à noter qu’il est peu probable que quelqu’un voudra jeter des ordures, si tous ses mouvements sont suivis. Dans cette idée de création, il y a une part d’éducation. D’autre part, il est toujours intéressant d’examiner la conception intéressante des poubelles, au lieu de simples conteneurs ordinaires et qui n’ont pas la couleur classique.
(Lire la suite…)

Les Balades Urbaines

Article publié le : Vendredi 7 mai 2010. Rédigé par : Clémentine Buisset

La Plaine Commune a mis en place Les Balades Urbaines. Elles ont pour but, je cite, de  «Découvrir, dialoguer,construire ensemble». Bon, d’après les vidéos que j’ai pu visionner, ces ballades ressemblent un peu à des vacances organisées : déplacement en car, guide, retraités… mais c’est surtout  le principe qui m’a interpelée. L’élaboration d’un circuit à travers les villes, selon des thèmes, pour permettre aux habitants de découvrir, pour ensuite s’approprier la ville.Elles ont actuellement lieu, la prochaine est programmée au 22  mai.
le site des balades urbaines

Les balades urbaines

Dès la création de la communauté d’agglomération Plaine Commune, les villes qui la composent ont choisi de développer auprès des habitants une relation singulière faite de dialogue et d’écoute. Initiées par la ville d’Aubervilliers, les Balades Urbaines sont aujourd’hui ouvertes à l’ensemble du territoire Les Balades Urbaines sont conçues comme un véritable outil de démocratie locale pour permettre aux habitants et acteurs locaux de s’approprier les projets du territoire. Ces promenades ludiques, gratuites et instructives sont une occasion de réunir les élus, les techniciens et les habitants pour croiser leurs savoirs dans la convivialité, pour porter un regard neuf sur un territoire en devenir et pour s’impliquer ensemble dans le projet d’agglomération.

Au Landy

Article publié le : Vendredi 7 mai 2010. Rédigé par : Clémentine Buisset

Il y a quelques semaines, je me suis rendue au Landy. Je voulais prendre quelques photos, mais n’étais pas sûre du fil conducteur. J’ai marché de la gare de Saint-Denis jusqu’à Porte de Paris. J’ai pris le 153, jusqu’à la gare du Stade de France. Puis j’ai marché,  au  hasard, me sentant un peu touriste, dans un lieu qui ne s’y prête pas forcément… Je suis passée par la rue Cristino Garcia, et puis par une petite rue qui lui est perpendiculaire. J’ y ai croisé des gens, ceux qui y vivent, et ceux qui y travaillent, pressés de rentrer chez eux. Finalement, j’ai peu photographié. Je crois que je me suis sentie peu à l’aise. Comme illégitime, ne vivant et ne travaillant pas là.



Des images attachées à des détails

L’arbre bleu.

Article publié le : Mercredi 5 mai 2010. Rédigé par : Elsa Durieux

Comme l’artiste Jorge Rodriguez-Gerada, l’artiste Pierre Alechinsky exploite la façade d’un immeuble pour réaliser son œuvre intitulée L’arbre bleu. Cette peinture murale, réalisée in situ, c’est à dire pour et sur le site, est visible au croisement de la rue Clovis et la rue Descartes à Paris dans le 5e arrondissement. C’est dans le cadre des Murs de l’an 2000 que le peintre Pierre Alechinsky a peint cet arbre bleu sur un immeuble et qu’elle est accompagnée, à la demande de l’artiste, d’un poème de son ami Yves Bonnefoy, auteur célèbre, notamment pour son recueil de poèmes intitulé Les planches courbes. Ici, l’arbre bleu explose au milieu des bâtiments gris. Afin d’accentuer cette sensation picturale, le poème d’Yves Bonnefoy joue sur cette luminosité de l’arbre qui se détache de l’environnement urbain et évoque la nécessité de préserver la nature dans un milieu urbain, comme une échappatoire, une bouffée d’oxygène. Le poète nous explique aussi que, bien que ce ne soit que la représentation d’un arbre, donc l’image fixe de quelque chose de vivant qui ne peut être ici réellement, elle offre néanmoins aux spectateurs un coin de ciel bleu. Il apostrophe le spectateur («passant» et «philosophe»), s’adressant directement à lui et cherche par des mots simples à capter notre attention, afin de nous sensibiliser…
L’arbre central, d’un bleu vif et uniforme s’impose à nous et semble parfaitement immobile. Seules les quelques éclaboussures de peinture bleue viennent briser cette impression de perfection, qu’Alechinsky semble détester. Une marge encadre et accompagne l’image centrale d’une autre lecture. Ces images en périphérie nous montrent des arbres calcinés, minuscules et faibles, troublés par des fragments d’un monde urbain, ce qui expliquerait cet appauvrissement de la nature. Ces dessins créent une narration, parlent au spectateur, jouant avec son regard afin de l’intégrer à son œuvre et de le soumettre à son imagination fertile.
La force de cette œuvre réside dans l’économie de moyens qui suffit à éveiller le promeneur, à explorer la joie ou l’émotion.

Tracing Mobility: Cartography and Migration in Networked Space

Article publié le : Mercredi 5 mai 2010. Rédigé par : Liliane

http://www.trampoline.org.uk/tracingmobility/about

Piazza Del Duomo, Milano

Article publié le : Dimanche 2 mai 2010. Rédigé par : Xiaozhi Chen

Les portraits géants sur les murs

Article publié le : Dimanche 2 mai 2010. Rédigé par : Olga Aliksandrovska

Portraits géants sur les murs: projet de Jorge Rodriguez-Gerada

Que faire quand on veut dessiner mais qu’une feuille de papier ordinaire semble trop petite pour reproduire ce que l’on souhaite sur celle-ci? Pourquoi ce travail a-t-il été vu par un grand nombre de personnes alors qu’il n’est pas visible dans les galeries? L’artiste cubain Jorge Rodriguez-Gerada a résolu le problème de la façon suivante: il dessine d’immenses portraits directement sur les murs des immeubles de grande hauteur.


(Lire la suite…)