-- La figure dans le paysage (Paris 8) » 2010 » janvier

Archives janvier, 2010

AUC’s critical Grand Pari(s) : constellation and grid

Article publié le : Mardi 12 janvier 2010. Rédigé par : Nicolas Vargelis

author: Pierre de Brun<

lien : http://www.mon-grandparis.fr/lauc#video

To his own account, Jamel Klouche’s A.U.C. runs the youngest and least experienced of the firms involved in the highly publicized commission ‘Grand Pari(s)‘, launched by Nicolas Sarkozy’s government in 2008. The title ‘Grand Pari(s)’ translates, in the form of a pun, either ‘Great Paris’ or ‘daring bet’, raising both territorial and economic questions. A renewed focus on landscape, environmental sustainability, leveling of the periphery / center relationship, coins with economic interests (tourism, city branding) that today seem to dominate political decisions. The project is enthusiastically received by architecture professionals as an opportunity to engage in political decisions that otherwise tend to escape their disciplinary framework. But away from the nostalgia of french ‘grand’ state projects, in a right-wing government more concerned with ‘buzzes’ and keen to dissolve the welfare state into the private domain than with long-term socio-political projects, one may see the whole parisian discussion as a mere communication operation.

Overwhelmed with informations and images, we were struck, in our —rather superficial— tour of the exhibition organized in Cité de l’Architecture, by the resistance of Jamel Klouche’s proposal — resistance to the appeal of images, resistance to economic or environmental ‘problems’ as ‘problems’, and, if we may say, resistance to the consultation itself.

Situations métropolitaines : espace multicouche

Situations métropolitaines : espace multicouche

In contrast with the glittering colorful collages and renderings made by other teams, the muteness of AUC’s images is striking. It sometimes recalls the diagrammatic minimalism of SANAA’s model pictures, minus kawaï or pop elements. In AUC’s black and white model pictures, everything — even nature— is neutralized and abstracted through the use of white plastic. This silent metropolis, only inhabited by uniform standard people figures, seems to make no room either to the noise of spectacular architectural gestures promoted by the young ‘French Touch‘ and its forefathers, or to the magmatic diversity advertised by economic liberalism where, in the absence of any visible rule, particularities and exceptions coincide with all-encompassing inclusion.

A constellation, in AUC's Grand Paris proposal.

A constellation, in AUC’s Grand Paris proposal

Constellation

Rather than addressing the consultation by an all-encompassing unitary ‘urban’ grand project, AUC picked up 18 sites, illustrating specific and unique ‘metropolitan’ situations, for which it developed specific projects. We are faced with a “constellation” of architectural projects, each one conceived as a unique and exclusive reaction to and identified situation. Almost ad-absurdo, each project is given a very specific exclusive form, whose detail ranges from urban scale to furniture design. Rather than exclusively relying on urban processes and economics, AUC retreats in concrete and limited architectural proposals. Rather than proposing a borderless, blurred ‘concept’, AUC proposes a fixed pattern of singular—sometimes contradictory— architectural interventions.

Realizing the word ‘constellation’ may be fair to describe AUC’s proposal, I couldn’t help but thinking of Adorno’s concept of language. For him, the truth content of language doesn’t lie in its ability to identify the Real through concepts —truth is incommensurable—, but in the very leaks and breaks of the ‘constellation’ of concepts it constitutes. Truth never exactly coincides with the raw ‘information’ provided by a sentence, but in the latest’s witnessed inability to deal with the real as a totality.

cr_l_LAUC1_MATRICE_8

Grid, AUC’s Grand Paris.

Grid

The largest part of the content of the study is organized on a strict cartesian grid : titles, descriptions, illustrations or quotes are all integrated into this one single framework. Blocks of contents are indifferently arranged in tables, timelines, horizontally, vertically, in groups or as singular entities.

The grid, in architecture, has a very rich history. Further, it signals the birth of modern economics-oriented urbanism, with Cerdà in Barcelona. For Koolhaas in NYC, it almost becomes, along with the elevator, the paradigm of a metropolitan architecture, setting the necessary framework for the difference to arise. When the rational grid hits Paris, it is totally autonomous and rid from any meaning : with Tschumi in his Parc de La Villette, it opposes its urban context in a dialectical relationship.

Of course, in Klouche’s proposal, the grid is not directly architectural. One could say it merely corresponds to the least effort in achieving a slick seductive layout, making up a paradoxical and heterogeneous mess into a coherent and homogeneous whole. As a pattern, it would optically level all information, even affording the risk to make it ungraspable.

Juxtaposing specific texts diagrams or illustrations on this unique framework, the analysis takes the appearance of a whole, without actually synthesizing its content into a unitary project.

Statement

The paradoxes and contradictions that the project binds, without synthesis, in its very form, through constellations, grids, and empty imagery, resist direct communication, illustration or application. Taking the form of concrete interventions, the project opens the debate; resisting closure, it displaces the question of the “Grand Paris”.

‘Grand projects’ in France seem to dissolve in dematerialization or fragmentation. All-encompassing, top-down, hierarchical organizational take the mask of diversity, transparency (see Anthony Vidler’s Architectural Uncanny) and fragmentation : they are formless, liquid, dissolved panopticons.

AUC’s project, on the contrary, shows us how formal, solid, finite, unitary architectures, and empty grids can create a space for non-linear, open organizational systems. It’s almost a political paradigm : it’s only through a set of blind universal rules that the unexpected can arise.

Article re-published from Pierre de Brun’s website: http://pierredebrun.com/

Nicolas Vargelis

Séminaires Université Nomade, Collège International de Philosophie.

Article publié le : Samedi 9 janvier 2010. Rédigé par : Liliane

Enregistrements des séances de séminaires dans la rubrique: Vidéos – Interviews – Sons
Séminaires :
Qu’est-ce que penser à gauche, aujourd’hui ?
Devenir-banlieue subjectivité politique et réseaux métropolitains
Multitude et Métropole
Transformations du travail et crise de l’économie politique

Les textes d’Anne Querrien. 2005

«Une pièce en plus» dans notre guide.

Article publié le : Mercredi 6 janvier 2010. Rédigé par : Elsa Durieux

Qui n’a jamais rêvé de voir,
ENFIN,
EN VRAI, EN CHAIR ET EN OS
la célèbre entreprise « Une pièce en plus » qui vante ses mérites dans le métro ?!
Heureusement que notre équipe, à l’affût de toute nouvelle tendance, est là pour vous la faire découvrir ! Depuis quelques années, « Une pièce en plus » est devenue l’entreprise la plus « IN», la plus « HYPE », la plus « THE PLACE TO BE » ! Se prendre en photo devant le tour Eiffel ? Pfff trop 2009, trop 2008, trop 2007 et vraiment trop 2006… Maintenant c’est devant cette devanture bleue (un savant mélange entre le bleu ciel et le bleu Klein) et cette enseigne jaune poussin qu’il faut être, sachez-le, c’est important pour votre renommée ! Mais où se trouve cette petite merveille me demanderez-vous ? Mais tout près de chez vous les amis ! Baladez-vous autour du 203, avenue du Président Wilson (ou au 166 rue du Landy) de la ville tellement « GLAM’» de Saint-Denis et vous ne devriez pas la manquer…
Grâce à notre guide, maintenant vous pourrez frimer devant les copains, en avouant que « Oui, c’est vrai, vous avez déjà vu et même posé devant la célèbrissime ‘une pièce en plus’ ». Là tout le monde vous applaudira…c’est sûr !

Elsa. D

(les photos sont à venir…)

Christian Bernard. La radio du MAMCO.

Article publié le : Mardi 5 janvier 2010. Rédigé par : Liliane

http://www.mamco.ch/RADIO.html


Christian Bernard

Entretiens avec Christian Bernard, directeur du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Genève.
Dans le projet IDI (Interactivité Descriptive Intégrée/ Integrated Descriptive Interactivity) une des entrées dans la collection du MAMCO est constituée par  les ENTRETIENS ou la « radio ». Ce sont des enregistrements, totalisant huit heures, spécialement réalisés pour le projet par Christian Bernard.  Au fil de leur diffusion, les noms d’artistes, les titres d’exposition qui sont cités, s’affichent et forment une liste. L’idée d’un affichage automatique des noms d’artistes, des titres d’expositions, etc. mentionnés oralement dans les ENTRETIENS et fonctionnant comme des hyperliens vers les entrées d’un dictionnaire ou vers des documents iconographiques correspondants, est un procédé relativement simple à réaliser, mais ayant un fort potentiel de développement, en particulier dans le domaine des conférences diffusées on-line.
Lien vers Les Films interactifs du projet IDI-MAMCO
Site du MAMCO: http://www.mamco.ch

Douglas Hueber. Le monde est rempli d’objets…

Article publié le : Lundi 4 janvier 2010. Rédigé par : Liliane

« ‘Le monde est rempli d’objets, plus ou moins intéressants ; je ne désire pas en ajouter.’ Cette phrase, écrite en 1969 par Douglas Huebler, est emblématique du discours sur la dématérialisation de l’art de la fin des années 1960. On oublie toutefois souvent de citer son corollaire : ‘Je préfère simplement constater l’existence des choses en termes de temps et/ou de lieux. Plus spécifiquement, je m’intéresse à des choses dont l’interrelation se situe au-delà de la perception immédiate. En ce sens, mon travail dépend d’un système de documentation. Cette documentation peut prendre la forme de photographies, de cartes, de dessins ou de descriptions’.
En 1968, D. Huebler abandonne peinture et sculpture et organise son travail selon trois axiomes : le temps (‘Duration Piece’), le lieu (‘Location Piece’) et les deux à la fois (‘Variable Piece’). Ses œuvres sont alors constituées de cartes, de diagrammes, de notations et de collages photographiques, accompagnés par des textes empreints d’un ton scientifique sans toutefois être dénués de poésie et d’humour.»
Extraits de la fiche de l’artiste sur le site du Mamco.
Douglas Huebler fera l’objet d’une étude au 2e semestre. (à suivre)

2010. Une Green Attitude dans le Grand Paris.

Article publié le : Samedi 2 janvier 2010. Rédigé par : Liliane

1.
Le Grand Paris de Jean Nouvel : «un accès aux mêmes bonheurs urbains»
… et le plaisir de la rencontre de ses 12 millions d’habitants avec la nature… (dit en 1 minute 42 secondes!).

2.
Intervention de Paul Chemetov, à Paris 8, 8 décembre 2009, séminaire «Les banlieues, cœurs des métropoles contemporaines». Pour une reforestation de la métropole parisienne… Enregistrement dans l’amphi, à l’iphone.


+ Paul Chemetov : « Les mirages annoncés du Grand Paris se sont dissipés »
+ http://www.mon-grandparis.fr/francois-de-mazieres-paul-chemetov

«Si le temps historique de la transformation des villes est long, le temps des humains, celui des passagers harassés  de la ligne 13 [...] se compte en semaines, en mois, en années. A leurs maux, il faut remédier dans l’urgence.»

Raymond Bellour. Les Hommes, le dimanche.

Article publié le : Vendredi 1 janvier 2010. Rédigé par : Liliane

Raymond Bellour. Les Hommes, le dimanche. Menschen am Sonntag de Robert Siodmak et Edgar G. Ulmer. Yellow Now. Côté films#15. 2009. >Lien.

pages 22 et 23.
«L’imagination formelle attachée aux exigences anthropologiques, socioculturelles et stylistiques de la Nouvelle Objectivité» est caractéristique de «ces ‘films de ville’ que les Allemands appellent Querschnittfilm (film à coupe ou diagonal), qui a si fortement marqué la fin des années 20, à partir du coup d’envoi d’Alberto Cavalcanti avec Rien que les heures (1926), célébrant 24 heures de la vie de Paris comme son équivalent soviétique… » suite sur les pages 22 et 23 scannées ci-dessus….
(aujourd’hui >streetfilm; understanding the urban landscape). Voire même ce scénario développé dans la rubrique «24 heures, le meilleur de la ville en une journée» des guides Wallpaper.
«Qu’est-ce qui se passe? Rien ne se passe.»