-- La figure dans le paysage (Paris 8) » Land Art

Sur le chemin des glaces

Article publié le : Mercredi 10 février 2010. Rédigé par : Cindy Theodore

Sur le chemin des glaces est un journal intime écrit entre le 23 novembre et le 14 décembre 1974 par Werner Herzog.
avant-propos sur le chemin des glaces en mp3

La particularité de ce livre est qu’il nous fait voyager, au jour le jour, avec lui. Il nous présente les personnes qu’il  rencontre sur son chemin. Il part seul, à pied, de Munich, pour se rendre auprès de Lotte Eisner à Paris. Il raconte ainsi son périple,  ce qu’il a à l’intérieur de lui-même, ses doutes, ses joies. Ainsi, Werner Hezog part, sur un coup de tête, pour Paris. Il n’a pas grand chose avec lui, à peine le minimum. Il marche tous les jours, fait des pauses dans des auberges, et cherche, tous les soirs, un lieu où dormir. Ce lieu peut être une auberge mais, parfois, il entre dans des maisons inoccupées ou des granges pour y passer la nuit. Il se fait aussi prendre en stop par un camion, une voiture. Des rencontres cocasses se produisent: des gens le «redoutent», le repoussent, l’ignorent, l’accueillent, prennent soin de lui. Il dresse un tableau parfois dur des endroits traversés. Il fait des «retours en arrière» d’événements qu’il a vécus. Son périple est d’autant plus difficile que le temps est rude: il neige, il pleut, il y a des tempêtes.

Samedi 23.11

MUNICH

HOPITAL PASING

GARE D’AUBING OU GERMERING

ALLING

Mardi 24.11

ALLING

ANGERHOF

HOLZHAUSEN

SCHÖNGEISING ( au bord de l’Amper)

Lecture mp3 extrait page 21

WILDENROTH

Lecture mp3 extrait page 22

GELTENDORF

PESTENACKER

A Pestenacker, les gens me paraissent irréels.
(Lire la suite…)

David Belle: le Parkour, art urbain néo-situationniste

Article publié le : Samedi 21 février 2009. Rédigé par : Liliane


Parkour de David belle
envoyé par airmout

«J’ai découvert David Belle a travers B13, et j’ai eu la chance de le rencontrer et travailler avec lui dans Babylon A.D. J’ai découvert un homme qui a élevé son art à un niveau international malgré lui. Cette situation le dépasse et le motive. Le Parkour est pour moi l’enfant naturel du Break dance, et cache une véritable pensée et un mode de vie proche des arts martiaux. David est discret et réservé, il n’aime pas avoir à s’expliquer sur ce qu’il fait et ce qu’il recherche, c’est un travail intérieur qu’il s’impose au quotidien, tout comme son père lui a appris. Des jeunes du monde entier découvrent ce nouveau moyen d’expression urbain et découvrent leur propre capacités et limites. On a tous voulu voler, bondir, et redevenir animal. David l’a fait. Je pense que dans quelques années, on se souviendra de lui comme on se souvient aujourd’hui encore des fondateurs d’art martiaux tel que le Karaté et le Judo. Après l’ITW, je vous invite pour ceux qui ne connaissent pas encore à apprécier en image ce qu’est le Parkour de David Belle.» Mathieu Kassovitz


Bibliographie

3. Thierry Davila: «Bodies citie in Mobilisable, Paysages technologiques, 3 décembre 2009

La Gradiva …

Article publié le : Mardi 9 décembre 2008. Rédigé par : Liliane

© Musée Rodin. Relief de Aglaurides dit La Gradiva Art romain, 1ère moitié du IIe siècle apr. J.-C. Marbre Rome, musée Chiaramonti, Inv. 128


© Libération

Gabriel Orozco: «Common dream», 1996

Article publié le : Mardi 14 octobre 2008. Rédigé par : Liliane

Chorégraphier le groupe de touristes…

OpenStreetMap

Article publié le : Samedi 4 octobre 2008. Rédigé par : Liliane

http://www.openstreetmap.org/traces

Lou : rentrée 2008

Article publié le : Jeudi 18 septembre 2008. Rédigé par : Liliane


Poésie apprise par Lou pour la rentrée:
«C’est la rentrée / Vite, vite il faut se presser / Le réveil a déjà sonné! / Un peu raplapla, / Toilette de chat. / Petit déjeuner, / très vite avalé. / Cheveux en pétard, / Un peu dans le brouillard. / On file comme l’éclair, / Chaussettes à l’envers. / Vite, vite il faut se presser, / C’est la rentrée.» Sylvie Poillevé

Francis Alÿs: «Sur les traces de Francis Alÿs. De larges détails» (DVD)

Article publié le : Jeudi 18 septembre 2008. Rédigé par : Liliane

De larges détails (DVD) – Sur les traces de Francis Alÿs, 2008
a.p.r.e.s éditions
- Works & Process (DVD)

Francis Alÿs De larges détails (DVD) Sur les traces de Francis Alÿs

Miwon Kwon: «One Place after Another»

Article publié le : Mercredi 17 septembre 2008. Rédigé par : Liliane

Miwon Kwon, One Place after Another,
Site-Specific Art and Locational Identity,

MIT Press, 2004

http://mitpress.mit.edu/catalog/item/default.asp?tid=10186&ttype=2

Peter Fend: Ocean Earth ou l’Earth Engeneering

Article publié le : Mardi 2 septembre 2008. Rédigé par : Liliane


©Hardcore, Palais de Tokyo, 2003 (page Ocean Earth)

Dans Fresh Theorie III, Manifestations (Léo Sheer, 2007), Adina Popescu propose des Notes sur un projet «L’espace intérieur du monde» démarré au Swiss Institute à New York au printemps 2008, pp. 151-168. Cartographie et images satellitaires engendreraient cet espace intérieur du monde, révélé tant par Benjamin, Koolhas, les Land artistes, et activé par des artistes activistes avant l’heure comme Ocean Earth (Peter Fend):

« Les descriptions d’innovations architecturales, telles que les Passages parisiens vers 1900 qui symbolisaient pour Walter Benjamin l’espace intérieur de la bourgeoisie, l’intérieur bourgeois se renversant lui-même en tant qu’intérieur placé à l’extérieur dans les vitrines de ces Passages, sont aujourd’hui dépassées par un espace holistique qui se forme progressivement par le biais des satellites planétaires, des réseaux de communication et de la circulation sans fin des mêmes images : un espace intérieur absolu. On peut supposer que les nouvelles technologies de la communication comme les Call Centers de Bengalore, susciteront des transformations plus grandes que celles provoquées par le colonialisme britannique.»

Dans New York Delire, Rem Koolhas décrit dans « quelle mesure le modèle du gratte-ciel, du bloc, est la démocratisation de la surveillance divine et met en évidence la supériorité de constructions intellectuelles sur la réalité. [...] [En passant de la ville à la nature globale], il est alors facile d’établir un parallèle avec le Land Art de même qu’avec la signification symbolique de Google Earth. [...] [Mais], avec la démocratisation de l’image satellite, [si chacun peut embrasser sa ville, le monde], l’objectif est de susciter une responsabilité et une implication collectives.»
(Lire la suite…)

Ali Bensaad: «… un interdit de mobilité»

Article publié le : Vendredi 11 juillet 2008. Rédigé par : Liliane

«Pour les Européens, s’agit-il de contenir le Sud ou de s’ouvrir à lui?»
Le Monde, 11 juillet 2008
Ali Bensaad est maître de conférences à l’université de Provence, CNRS (Institut de recherche et d’étude sur le monde arabe et musulman).
(Lire la suite…)