mrcrdsgn

Cycle de conférences, initié par Alain Cieutat et Félix Müller, donnant la parole à des professionnels de réputation autour des problématiques du design et de la typographie.

A+A Cooren

architecture d’intérieur | archives | design industriel | luminaire | scénographie | mercredi 4 novembre 2015 | 15h30 | salle A1-172 | image

«avec grand soin»

Tous deux diplômés de l’Ecole Camondo en 1999, les franco-japonais Arnaud et Aki Cooren fondent A+A Cooren Design Studio. Le champ de leur activité s’élargit rapidement: produit, mobilier -avec une prédilection pour le luminaire-, bijoux, architecture intérieure, scénographie. Leurs créations, sobres et réalisées avec grand soin, sont empreintes de leurs cultures japonaise et nordique; la nature est toujours présente, sous-jacente. Leur ligne directrice est une recherche permanente de simplicité de mise en œuvre pour le fabricant, et de simplicité d’emploi pour l’usager: pas de bon produit qui ne passe par un travail d’équipe entre le fabricant et le designer.
A+A Cooren est édité par Artemide, CFOC, Habitat, Metalarte, La Redoute, Tronconi, Vertigo Bird, Yamagiwa… Ils ont dessiné un centre de recherche L’Oréal à Saint-Ouen, à Paris le showroom Shiseido Europe, la galerie de Sèvres / Cité de la Céramique, et récemment le showroom Bien Fait. Certains de leurs objets ont été primés et font partie des collections du Fonds Municipal d’Art Contemporain de la Ville de Paris – telle la pipe à eau «hawaa»-, et du Fonds National d’Art Contemporain.

www.aplusacooren.com

Patrick Norguet

architecture d’intérieur | archives | design industriel | scénographie | mercredi 12 mars 2014 | 15h30 | salle A1-172 | image

Connivences
Patrick Norguet est né à Tours en 1969. Après une formation d’ingénieur il est diplômé de l’ESDI Paris, une école supérieure de design. En 2000 il fonde son studio et sa chaise Rainbow, présentée au Salon du Meuble de Paris, est éditée par Cappellini et entrera dans les collections du MoMA. C’est le point de départ des grandes collaborations: Artifort, où il succède brillamment à Pierre Paulin, puis Kristalia, Glas Italia, Poltrona Frau, Flaminia, Lapalma, Alias, Tecno, Tolix. A ses débuts il réalise aussi des scénographies pour Louis Vuitton, Guerlain, Dior, Lanvin, Lancel. En 2005, il est élu designer de l’année au salon Now ! Maison&Objet et Grand Prix du Design de la Ville de Paris. En 2011 il conçoit les nouveaux restaurants Mc Donald’s, et en 2014 l’architecture intérieure des hôtels Okko. Patrick Norguet se revendique designer industriel. Il préfère l’usine à la galerie d’art: un objet est réussi quand il est technique mais que cela ne se voit pas. Adepte d’un design épuré, exigeant, durable, ce créateur discret est devenu une des forces tranquilles du design international.

www.patricknorguet.com

Christophe Pillet

architecture d’intérieur | archives | design | direction artistique | scénographie | 5 décembre 2012 | 18h30 | salle A1-172 | image | vidéo

Christophe Pillet présente son travail.
D’abord tenté par une carrière musicale, il est diplômé en 1985 de l’ENSAD de Nice, puis en 1986 de la Domus Academy de Milan où il a rejoint la grande famille du design italien. Il côtoie le groupe Memphis, assiste Martine Bedin, Michele de Lucchi. En 1988, revenu à Paris, il travaille avec Philippe Starck, et en 1991 xO édite son mobilier. Il crée sa propre structure en 1993 et se voit immédiatement élu Créateur de l’année. Le VIA lui décerne une Carte Blanche en 1994. Ces succès lui confèrent vite un statut international qui ne sera plus démenti. Son style clair, net et élégant, forgé à l’école italienne, s’affirme dans les nombreux champs qu’il exploite : mobilier, objet, architecture intérieure, scénographie, direction artistique. Sa production est imposante, il y a peu de grandes marques avec lesquelles il n’ait collaboré, de Cappellini à Lancel, de JC Decaux à Lacoste. Ses créations nous sont souvent familières, tel le fauteuil «Sunset», ou le «Y’s», et se sont installées avec évidence dans le paysage sans frontières du design.

www.christophepillet.com

Marie Christine Dorner

architecture d’intérieur | archives | design | scénographie | 21 novembre 2012 | 15h30 | salle A1-172 | image | vidéo

«Matière Matters»
Marie Christine Dorner est diplômée de l’Ecole Camondo en 1984. Elle part vivre au Japon où elle rencontre l’éditeur Teruo Kurosaki, et produit en 1986 une collection de meubles pour «Idée». Installée à Paris, elle réalise en 1988 La Villa à Saint-Germain-des-Prés, premier hôtel parisien «design», en 1990 la tribune présidentielle du 14 juillet, toujours en fonction, et le restaurant de la Comédie Française, et conçoit en 1994 un important mobilier urbain à Nîmes. Elle a reçu en 1995 le Grand Prix du Design de la Ville de Paris. Marie Christine Dorner est aussi co-fondatrice du département Design de l’ESAD de Reims. Elle vit ensuite à Londres de 1996 à 2008, où son activité va se déployer: aménagements d’appartements privés, de bureaux, de boutiques, et de plusieurs ambassades de France. Elle enseigne au Royal College of Art et à Central Saint Martins. En 2004 sa collection «Une forme, One shape» est exposée en France et au Japon. Réinstallée à Paris, cette représentante perfectionniste de la «french touch», qui place toujours la matière et les savoir-faire d’exception au centre de son travail, poursuit ses collaborations: Baccarat, Bernardaud, Montis, Ligne Roset, Zeus… Marie Christine Dorner a été nommée en 2012 Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

www.dorner-design.com

India Mahdavi

architecture d’intérieur | archives | mobilier | scénographie | mercredi 6 avril 2011 | 15h30 | salle A1-172 | image | vidéo

L’esprit des lieux
India Mahdavi est née à Téhéran, a vécu partout en Europe, aux Etats-Unis, a fait des études d’architecture à Paris et de design à New York. Elle se fixe à Paris où après une collaboration avec Christian Liaigre elle crée son agence en 1999. Elle est élue créatrice de l’année au Salon Maisons & Objets 2004, travaille avec Jonathan Morr, Vuitton, Joseph, Guerlain… Son éclectisme géoculturel transparaît dans ses créations: espaces conviviaux, tels le Dragon-i à Hong Kong et le Germain à Paris, ou les hôtels Condesa DF à Mexico et le Monte Carlo Beach; objets design, tel le créatif Plateau Télé conçu pour Bernardaud, voire même du mobilier subtilement réhabilité. Son style est à part: exubérant, irrévérencieux, faussement décoratif, et en même temps complexe et abouti; elle sait déjouer les codes usuels du design par une fantaisie structurée, sans jamais basculer dans le kitsch ni dénaturer les lieux pour lesquels elle compose ses élégantes figures.

www.india-mahdavi.com

Delo Lindo

architecture d’intérieur | archives | design industriel | scénographie | mercredi 5 mai 2010 | 15h30 | salle A1-172 | image | vidéo

Le quotidien, territoire de l’expérimentation
/ conférence de Laurent Matras

Fabien Cagani et Laurent Matras, nés en 1961, sont diplômés de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Ils créent en 1985 l’agence Delo Lindo, «terriblement beau» en espagnol. Designers industriels inspirés par la banalité du quotidien, ils collaborent avec le groupe SEB, Grosfillex, Legrand, Ligne Roset, et réalisent des projets d’architecture intérieure et de scénographie : Musée des Arts Décoratifs, Villa Noailles, Centre Pompidou, etc. Ils sont lauréats de la Carte blanche VIA 1992 et de la bourse FIACRE 1994. Le travail de recherche qu’ils effectuent sur le banal, opération d’extrapolation ou de «subversion des images», toujours mené dans une visée industrielle, acte une sorte de sublimation de l’objet ordinaire.

www.delolindo.com

Patrick Jouin

architecture d’intérieur | archives | design | scénographie | mercredi 18 novembre 2009
15h30 | salle A1-172 | images | vidéo
SOL19∏ThomasDuval-reducCM1

Talent et savoir technologique

Diplômé de l’ENSCI en 1992, le designer Patrick Jouin crée son agence en 1998, dans le XIe arrondissement parisien. Cette agence est devenue, au fil des projets – architecture intérieure, conception de produits et mobiliers, scénographie et architecture – une référence sur la scène internationale. Patrick Jouin s’y distingue par un style élégant et épuré, toujours au service du projet; la recherche perpétuelle d’un équilibre entre tradition et innovation le conduit à une production riche et captivante, honorée de nombreux prix.
Patrick Jouin expérimente avec bonheur les collaborations avec des créateurs de tous horizons. Sa rencontre déterminante avec le cuisinier Alain Ducasse est à l’origine de restaurants considérés parmi « les plus beaux du monde » : le Plaza Athénée (Paris), le 59 Poincaré (Paris), le Chlösterli-Spoon (Gstaad), le Spoon Byblos (Saint-Tropez), le Mix (Las Vegas).
Cassina, Alessi, Kartell, Ligne Roset éditent son mobilier.
Le goût de la technique et la grande attention qu’il y porte forment une des constantes de son travail. Il sait magnifier la matière — sous sa main, plastiques, cristal, faïence, aluminium, bois se prêtent aux plus étonnantes transformations — et exploiter les bouleversements que la technique peut produire dans la structure même de l’objet : en 2005, la série de chaises Solid en stéréolithographie révolutionne le design.
Patrick Jouin est aussi salué pour son talent à faire coexister fonctionnalité d’un objet, scénographie d’un espace, beauté de la ligne : élégance de la casserole PastaPot en collaboration avec Alain Ducasse pour Alessi, légèreté de la chaise Solid, féerie de l’aménagement des salons historiques de Van Cleef & Arpels, l’efficacité des stations du Vélib’ pour J-C Decaux…
Les projets en cours précisent son écriture en explorant de nouveaux domaines : aménagement du restaurant 58 Tour Eiffel (Patrick Jouin avait déjà réalisé le Jules Verne), scénographie de la Biennale de la photographie non occidentale pour le musée du quai Branly, design d’un showroom pour Silvera, etc.

Matali Crasset

architecture d’intérieur | archives | design | mercredi 7 janvier 2009 | 15h30 |
salle A1-172 | image | video
matalicrasset

matali crasset, née en 1965, est designer industriel de formation, diplômée des Ateliers – E.N.S.C.I. Après avoir fait ses premières expériences auprès de Denis Santachiara en Italie et Philippe Starck en France, elle crée son studio à Paris, dans une ancienne imprimerie réhabilitée au cœur de Belleville. C’est là, au milieu des enfants et des voisins, qu’elle conçoit ses projets.

Depuis les années 90 elle envisage son métier de designer de manière globale. Portant un regard à la fois expert et toujours neuf sur le monde, elle questionne l’évidence des codes pour mieux s’en affranchir. A l’image de son objet emblématique la colonne d’hospitalité « Quand Jim monte à Paris », c’est à partir d’une observation fine des usages qu’elle invente un autre rapport à l’espace et aux objets du quotidien. Ses propositions ne vont ainsi jamais dans le sens d’une simple amélioration de l’existant mais développent, sans brusquer, des typologies articulées autour de principes tels que la modularité, la réticularité… Son travail consiste à chercher de nouveaux principes organisateurs et à formuler de nouvelles logiques de vie. Elle définit cette recherche comme un accompagnement vers le contemporain.

matali crasset collabore avec des acteurs variés, aussi bien l’artisan curieux qu’un particulier en quête d’un nouveau scénario de vie, aussi bien l’industriel prêt à expérimenter que l’hôtelier qui souhaite développer un nouveau concept (Hi Hôtel à Nice), aussi bien la petite commune rurale qui veut valoriser son dynamisme culturel et social que le musée qui souhaite se métamorphoser (SM’s à s’Hertogenbosch aux Pays-Bas). Toujours en recherche de nouveaux territoires à explorer, elle collabore avec des univers éclectiques, de l’artisanat à la musique électronique, de l’industrie textile au commerce équitable, réalisant des projets de scénographie, de mobilier, d’architecture, de graphisme, des collaborations avec des artistes…

Conférences initiées par Alain Cieutat, en lien avec le cours Création et Ingénierie artistique.

accès

Université Paris 8 – Bâtiment A
département Arts Plastiques
2 rue de la Liberté, 93 Saint-Denis
métro Saint-Denis – Université
maps Google