mrcrdsgn

Cycle de conférences, initié par Alain Cieutat et Félix Müller, donnant la parole à des professionnels de réputation autour des problématiques du design et de la typographie.

5.5 Designers

archives | design d’environnement | design industriel | re-conception | scénographie |
mercredi 6 novembre 2009 | 15h30 | salle A1-172 | images | video
assise

Le rôle du designer

5.5 designers est un cabinet de recherche et de consultation en design créé en août 2003 par Vincent Baranger, Jean-Sébastien Blanc, Anthony Lebossé, et Claire Renard. Les 4 designers se sont rencontrés durant leurs études à l’école Nationale supérieure d’Arts Appliquée et de Métier d’Art (ENSAAMA) à Paris. Leur premier projet «Réanim» qui a donné naissance à la médecine des objets marque le début de leur ascension dans le monde du design. Aujourd’hui ils vivent et travaillent à Paris et multiplient les collaborations avec les grandes marques.

Cette nouvelle génération du design français s’impose petit à petit sur la scène internationale avec un design engagé et optimiste. Pour les 5.5 designers, le design industriel n’est pas assez considéré au sein des politiques d’entreprises. Il est pourtant l’outil clé du renouveau nécessaire dans ce contexte de chaos sociétal. Le système qui a donné naissance à une société de gaspillage, de crise écologique et financière n’est plus viable et la fin de ce cycle est annoncée. Les nouveaux enjeux sont aujourd’hui connus, il ne reste plus qu’à définir les bases de ce changement qui demande de réinventer notre façon de consommer, de produire et par conséquent de concevoir. Dans ce grand chantier intergénérationnel, pour lequel les 5.5 designers veulent jouer un rôle, la créativité doit être au cœur de tous les programmes au détriment de l’aspect purement mercantile et consumériste, qui a atteint ses limites. Depuis 2003, les 5.5 designers s’efforcent de remettre en question leur statut de designers et refusent d’être simplement spectateurs de ce système dont ils ne contrôlent pas les règles et dont ils ne veulent pas être responsables. C’est pourquoi, à chacune de leur production ils essayent de dépasser l’aspect stylistique des objets pour se concentrer sur la définition de nouveaux processus qui répondent à ces nouveaux défis. Séduits par cette démarche, non dénuée de sens et d’intérêt, marques et éditeurs, allant du luxe à la grande consommation, (Baccarat, LaCie, Oberflex, Bernardaud, Centre Pompidou, La Corbeille, 3M, Grey Goose…) font depuis appel aux 5.5 designers pour la conception de leurs produits jusqu’à l’aménagement de leurs espaces. Des collaborations qui donnent naissance à de véritables histoires et ce, toujours avec humour et simplicité.

Vincent Baranger (né le 28/05/1980 à La Roche-sur-Yon)
Bac Arts Appliqués à Montaigu, Licence d’Arts Appliqués, ENS Cachan arts appliqués, DSAA design produit à l’ENSAAMA Paris

Jean-Sébastien Blanc (né le 21/10/1980 à Nîmes)
MANAA à Nîmes, BTS et DSAA design produit à l’ENSAAMA Paris, DEA CPI à L’ENSAM Paris

Anthony Lebossé (né le 14/01/1981 à Caen)
Bac Arts Appliqués à Caen, BTS design produit à La Souterraine, DSAA design produit à l’ENSAAMA Paris

Claire Renard (née le 12/11/1980 à Poissy)
MANAA, BTS et DSAA design produit à l’ENSAAMA Paris, DEA CPI à l’ENSAM Paris

Patrick Jouin

architecture d’intérieur | archives | design | scénographie | mercredi 18 novembre 2009
15h30 | salle A1-172 | images | vidéo
SOL19∏ThomasDuval-reducCM1

Talent et savoir technologique

Diplômé de l’ENSCI en 1992, le designer Patrick Jouin crée son agence en 1998, dans le XIe arrondissement parisien. Cette agence est devenue, au fil des projets – architecture intérieure, conception de produits et mobiliers, scénographie et architecture – une référence sur la scène internationale. Patrick Jouin s’y distingue par un style élégant et épuré, toujours au service du projet; la recherche perpétuelle d’un équilibre entre tradition et innovation le conduit à une production riche et captivante, honorée de nombreux prix.
Patrick Jouin expérimente avec bonheur les collaborations avec des créateurs de tous horizons. Sa rencontre déterminante avec le cuisinier Alain Ducasse est à l’origine de restaurants considérés parmi « les plus beaux du monde » : le Plaza Athénée (Paris), le 59 Poincaré (Paris), le Chlösterli-Spoon (Gstaad), le Spoon Byblos (Saint-Tropez), le Mix (Las Vegas).
Cassina, Alessi, Kartell, Ligne Roset éditent son mobilier.
Le goût de la technique et la grande attention qu’il y porte forment une des constantes de son travail. Il sait magnifier la matière — sous sa main, plastiques, cristal, faïence, aluminium, bois se prêtent aux plus étonnantes transformations — et exploiter les bouleversements que la technique peut produire dans la structure même de l’objet : en 2005, la série de chaises Solid en stéréolithographie révolutionne le design.
Patrick Jouin est aussi salué pour son talent à faire coexister fonctionnalité d’un objet, scénographie d’un espace, beauté de la ligne : élégance de la casserole PastaPot en collaboration avec Alain Ducasse pour Alessi, légèreté de la chaise Solid, féerie de l’aménagement des salons historiques de Van Cleef & Arpels, l’efficacité des stations du Vélib’ pour J-C Decaux…
Les projets en cours précisent son écriture en explorant de nouveaux domaines : aménagement du restaurant 58 Tour Eiffel (Patrick Jouin avait déjà réalisé le Jules Verne), scénographie de la Biennale de la photographie non occidentale pour le musée du quai Branly, design d’un showroom pour Silvera, etc.

Malte Martin

archives | graphisme | mercredi 2 décembre 2009 | 18h30 | salle A1-172 | image
MalteMartin

Les mots dans la ville

– de l’irruption de la parole dans l’espace public (projets Agrafmobiles “Onze délires!”, “Magenta”, “Mots Publics”)
– faire parler typographiquement un lieux de spectacle (exemple Théâtre de l’Athénée)
– au delà des mots (travaux expérimentaux tel “Instants Mobiles” et “Jusqu’à l’effacement des mots”)

Graphiste et plasticien, Malte Martin anime un atelier graphique qui explore tous les domaines de la création contemporaine : théâtre, danse, musique, cinéma… Ses influences sont multiples. D’origine allemande, il débute son parcours par une formation « Bauhaus » aux Beaux-Arts de Stuttgart, avant d’intégrer l’ENSBA de Paris et l’atelier Grapus.

Parallèlement à sa pratique de design graphique pour le théâtre, la danse et la musique contemporaine, Malte Martin a ouvert avec Agrafmobile un champ artistique qui investit l’espace urbain et les territoires du quotidien. L’espace d’Agrafmobile est pour lui un espace d’expérimentation artistique et de recherche fondamentale. L’espace public, les publics, l’image, le signe, l’environnement visuel, sensible, sonore sont au cœur de ses recherches. «Mon envie, c’est de recréer par ce théâtre visuel un espace public qui donne à voir et à lire autre chose que des signes administratifs et des messages commerciaux. Une tentative de reconquérir l’espace public comme un espace d’imagination appartenant à ceux qui y vivent.»

Ian Party


archives | dessin de caractères | typographie | mercredi 6 janvier 2010 | 18h30 | salle A1-172 | images
Ian Partyian

Louis XIV n’est pas monté au col du Sanetsch… mais aurait sans aucun doute feuilleté SangBleu ou l’histoire de nouvelles polices de caractère suisse.

Né à Lausanne en 1977, il étudie le design graphique à l’ECAL (Ecole Cantonale d’Art de Lausanne puis obtient un master en type design au Type and Media course à La Haye. Il fonde en 2004 avec Maxime Buechi la typofonderie B&P Typefoundry et collabore régulièrement à Sang Bleu magazine. Il travaille actuellement à Lausanne ou il enseigne le dessin de caractère et le graphisme à L’ECAL.
Police de caractère crée par Ian Party ( Suisse BP, Romain BP, SangBleu BP, Didot BP, Esquire, Hebdo, Celsian)

plus d’info sur le site personnel de Ian Party et sur BP Foundry

Damien Gautier / Trafik

archives | graphisme | typographie | mercredi 29 avril 2009 | 18h30 | salle A1 172 | image
damien-gautier

Damien Gautier est tombé dans la typographie quand il était grand, après des études scientifiques pour combler ses parents qui l’auraient aimé ingénieur en optique.
Une rencontre majeure l’attirera vers le métier de graphiste dont il ignorait jusqu’à l’existence.

Son apprentissage de la typographie au sein de l’atelier de création typographique de l’École Estienne après avoir rencontré un premier professeur passionné qui tenta de faire comprendre les vertus des exercices basés sur l’enseignement qu’il avait lui-même reçu à Bâle au jeune élève qui pensait naïvement que le Mac permettait juste d’“aller plus vite”!

Au-delà de l’anecdote, il faut sans doute voir une explication à sa manière d’envisager sa pratique de la typographie et du design graphique.

Une approche raisonnée – obsessionnelle diront certains – pour comprendre ce qui se cache derrière une composition qui “fonctionne”, derrière une affiche qui, bien qu’elle ait été conçue il y a plus de 50 ans, a toujours la même force, derrière une mise en page qui “tient debout”.

Mais une volonté toute aussi forte de démontrer que cette approche est “soluble” dans une pratique résolument contemporaine au sein de l’atelier “Trafik” (dont il est co-fondateur en 1997 avec Pierre Rodière), au carrefour de la typographie, de l’édition, du multimédia et de la communication visuelle.

C’est dans cette optique qu’il conçu un premier livre “Typographie, guide pratique” (Pyramyd).
Et c’est au départ par défi, puis parce que convaincu de sa nécessité, qu’il se lança dans la rédaction d’un deuxième sur la mise en page (au sens large) qui sortira prochainement aux éditions Niggli et Pyramyd.

Il enseigne depuis plusieurs années au sein du DNAT design graphique de l’école nationale supérieure des beaux-arts de Lyon.
www.lavitrinedetrafik.fr

David Poullard

archives | dessin de caractères | graphisme | typographie | mercredi 18 mars 2009
18h30 – salle A1 172 | image

Le cul entre trois chaises

C’est ainsi que je pratique, bon gré mal gré, mon métier. Trois territoires qui se chevauchent, se frottent, s’opposent parfois, se nourrissent souvent: la commande, le «hors-commande», l’enseignement. Trois tiers d’un tout avec lequel je jongle, m’essouffle ou jubile, c’est selon. Et au milieu de ce tout, comme point commun, le mot, les mots, les mots proches, et les lettres qui leurs donnent formes. M’y attacher.

Notes biographiques

David Poullard est dessinateur de caractères typographiques, graphiste et enseignant. Son champ d’investigation est l’interrogation du quotidien, et plus spécifiquement l’étude des écritures exposées et des pratiques sociales qui les génèrent.

Il dessine à partir de 1999 la série des Ordinaires, caractères typographiques inspirés des noms de stations en carrelage présentes dans le réseau métropolitain parisien. À la demande de la RATP, il dessine en 2001, en collaboration avec Julien Gineste La Métropolitaine, caractère typographique destinée à composer les noms des stations de style Guimard puis en 2004 un caractère destiné à composer les destinations sur les supports à LED des tramways et de certaines lignes de RER.

Dans le champ de l’édition, il a notamment réalisé le catalogue de l’exposition R/B, Roland Barthes (Centre Pompidou), en collaboration avec Philippe Lakits, et plus récemment Fernand Deligny, œuvres, ouvrage primé au concours de plus beaux livres français en 2007.

En compagnie de Florence Inoué et de Guillaume Rannou, il développe depuis 2001 des projets destinés à questionner nos habitudes langagières, à fouiller les ressorts de notre oralité. Un corpus de 210 «locutions figées» a été mis jour et contextualisé sous diverses formes (tracts, affiches, inscription monumentale). Un Précis de conjugaisons ordinaires, ouvrage paru en 2006, propose à qui veut 190 verbes «nouveaux», déclinés de locutions et expressions françaises.

Il mène actuellement, dans le cadre d’une bourse du Cnap, une recherche: «Ces lettres dans lesquelles on circule», tentative d’interrogation de l’environnement scriptural des villes françaises.

Mathieu Lehanneur


archives | design | mercredi 11 mars 2009 | 15h30 | salle A1-172 | images | vidéo
DSC8165small-perso

Objets thérapeutiques et écosystème domestique

Né le 29-08-1974 à Rochefort. Mathieu Lehanneur vit et travaille à Paris. Il est diplômé de l’ENSCI-Les Ateliers (2001). Son projet de diplôme est une proposition de design galénique, ou comment concevoir des médicaments au regard des relations entre le patient et sa maladie. Il obtient la même année la bourse ANVAR.

Il fonde dès 2001 sa propre agence, qui travaille sur du design produit et du design d’exposition. Il obtient la Carte Blanche du VIA en 2006 et se voit décerner le Grand Prix de la Création de la Ville de Paris. Depuis 2004 il est également directeur du post-diplôme Design & Recherche à l’Ecole des Beaux-Arts de Saint-Etienne / Cité du design. Certaines de ses oeuvres font partie de la collection permanente du Museum of Modern Art de San Francisco et du Museum of Modern Art de New York. Son travail est régulièrement exposé en Europe et aux Etats-Unis. La prise en compte de l’habitat urbain comme microenvironnement et comme ecosystème ainsi que le raccourci bénéfique que Mathieu Lehanneur effectue entre le sensible et le scientifique semblent bien ouvrir une nouvelle voie au design.

Anne Denastas et Camille Gallet

archives | graphisme | typographie | mercredi 11 février 2009 | 18h30 | salle A1-172
image
denastas_gallet_OK

Histoire d’un projet éditorial

En 2005-06, Anne Denastas et Camille Gallet ont collaboré à la création d’un livre de sensibilisation à la typographie édité chez Niggli (Suisse). Cette conférence sera l’occasion pour elles d’évoquer les différentes étapes de l’élaboration d’Une Initiation à la typographie et plus largement d’aborder la conception d’un livre depuis son idée jusqu’à son édition.

Anne Denastas (1976) est diplômée de l’école des Beaux-Arts de Mulhouse et de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, elle a effectué un stage d’un an chez les Ballmer à Bâle en Suisse et dit avoir beaucoup appris de cette expérience. Elle est graphiste indépendante depuis 2005. Actuellement, elle collabore régulièrement avec Myriam Barchechat sous le pseudonyme Dasbat. Elles ont pour commanditaires des institutions culturelles, plusieurs galeries, artistes et éditeurs.
www.dasbat.com

Après des études littéraires, Camille Gallet (1980) rentre à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Elle poursuit ses études de design graphique pendant un an à l’école des Beaux Arts de Berlin avant d’être diplômée de l’ENSAD. Depuis 2006, elle travaille à Paris comme graphiste indépendante. Orientée vers le design imprimé, elle travaille essentiellement pour le domaine culturel, collaborant régulièrement avec Cécile Boyer et Emmanuel Pevny sous le nom Atelier trois.

www.camillegallet.fr

Matali Crasset

architecture d’intérieur | archives | design | mercredi 7 janvier 2009 | 15h30 |
salle A1-172 | image | video
matalicrasset

matali crasset, née en 1965, est designer industriel de formation, diplômée des Ateliers – E.N.S.C.I. Après avoir fait ses premières expériences auprès de Denis Santachiara en Italie et Philippe Starck en France, elle crée son studio à Paris, dans une ancienne imprimerie réhabilitée au cœur de Belleville. C’est là, au milieu des enfants et des voisins, qu’elle conçoit ses projets.

Depuis les années 90 elle envisage son métier de designer de manière globale. Portant un regard à la fois expert et toujours neuf sur le monde, elle questionne l’évidence des codes pour mieux s’en affranchir. A l’image de son objet emblématique la colonne d’hospitalité « Quand Jim monte à Paris », c’est à partir d’une observation fine des usages qu’elle invente un autre rapport à l’espace et aux objets du quotidien. Ses propositions ne vont ainsi jamais dans le sens d’une simple amélioration de l’existant mais développent, sans brusquer, des typologies articulées autour de principes tels que la modularité, la réticularité… Son travail consiste à chercher de nouveaux principes organisateurs et à formuler de nouvelles logiques de vie. Elle définit cette recherche comme un accompagnement vers le contemporain.

matali crasset collabore avec des acteurs variés, aussi bien l’artisan curieux qu’un particulier en quête d’un nouveau scénario de vie, aussi bien l’industriel prêt à expérimenter que l’hôtelier qui souhaite développer un nouveau concept (Hi Hôtel à Nice), aussi bien la petite commune rurale qui veut valoriser son dynamisme culturel et social que le musée qui souhaite se métamorphoser (SM’s à s’Hertogenbosch aux Pays-Bas). Toujours en recherche de nouveaux territoires à explorer, elle collabore avec des univers éclectiques, de l’artisanat à la musique électronique, de l’industrie textile au commerce équitable, réalisant des projets de scénographie, de mobilier, d’architecture, de graphisme, des collaborations avec des artistes…

Conférences initiées par Alain Cieutat, en lien avec le cours Création et Ingénierie artistique.

accès

Département Arts Plastiques
Université Paris 8 – Bâtiment A
2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis
Métro: Saint-Denis – Université
maps